L'Abbatiale Saint-Pierre de Beaulieu-sur-Dordogne en Corrèze

  • Tympan de l'Abbatiale

    Tympan de l'Abbatiale

    © ViaFrance

  • Abbatiale place Chevet

    Abbatiale place Chevet

    © Office de Tourisme de Beaulieu

L'Abbatiale Saint-Pierre de Beaulieu-sur-Dordogne en Corrèze 19120 BEAULIEU-SUR-DORDOGNE fr

Beaulieu est nichée au creux d’un méandre de la Dordogne, en Corrèze. Son climat lui a valu le surnom de « Riviera limousine ». Sa renommée est due à l’Abbatiale Saint-Pierre.
 

Une abbaye bénédictine

L'abbaye a été fondée au IXème siècle par Rodolphe de Turenne, archevêque de Bourges. Au début du XIIème siècle la communauté fut affiliée à l'ordre de Cluny et l’ensemble monastique fut reconstruit. Il subit les assauts des protestants lors des Guerres de Religion et l’église abbatiale fut transformée en temple.

Rendue au culte catholique en 1622,  l’abbaye fut reconstruite par la congrégation des bénédictins de Saint-Maur. La Révolution détruisit les bâtiments conventuels et les constructions mauristes. L’abbatiale fut épargnée et devint église paroissiale.


L’abbatiale, un joyau de l’art roman du XIIème siècle.

C'est un édifice aux proportions majestueuses, de style roman Limousin, en grès ocre pâle, construit selon les plans d'une grande église monastique de pèlerinage.
Le clocher de plus de 30 m de hauteur a été construit au XIVème siècle, pendant la guerre de Cent Ans. Il servait à la fois de tour de guet et de donjon-refuge pour le monastère.

Toutefois l’abbatiale est surtout connue pour son remarquable tympan sculpté du début du XIIème siècle représentant le retour du Christ à la fin des temps (« la Parousie ») avec, au centre, un Christ en majesté. Il est dû à des tailleurs d'images toulousains.

L’église comprend de larges allées et un beau déambulatoire. Elle possède un riche trésor : une remarquable Vierge à l'Enfant du XIIème siècle (« la Majesté de Beaulieu », œuvre de sculpture et d’orfèvrerie), une châsse en émail champlevé et deux bras reliquaires du XIIIème siècle, un reliquaire "lanterne" du XIème siècle d'origine byzantine.
 

Autres curiosités à Beaulieu-sur-Dordogne

La ville fermée dans ses remparts comportait trois portes fortifiées. Deux ont été conservées, la « porte Sainte Catherine » et la « porte de la Chapelle » qui ouvrait sur le principal faubourg de la ville, où se trouvait l’église paroissiale Notre-Dame du port haut, devenue la chapelle des pénitents.

 

A proximité