L' hôtel de ville et le beffroi d'Armentières

  • Beffroi d'Armentières

    Beffroi d'Armentières

    © Wikimedia Comons / Nohannic

L' hôtel de ville et le beffroi d'Armentières Place du Général de Gaulle 59280 ARMENTIERES fr

Ville de stationnement des troupes engagées dans les batailles autour d’Ypres, Armentières devient pendant une grande partie de la Première Guerre une place britannique. En témoigne la fameuse chanson « Mademoiselle from Armentières » composée, dit-on en 1915,  par un parolier anglais et un musicien canadien. Elle serait un hommage à Marie Lecocq, du Café de la Paix, « bonne autant que sage » selon la version de Line Renaud en 1952.

Le 10 avril 1918, la ville est évacuée par les forces britanniques face à l’avancée des troupes allemandes lancées dans la bataille de la Lys. Les axes de communication seront coupés et la cité bombardée pour éviter que les Allemands ne l’occupent. Le centre et l’ancienne mairie du XVIIe siècle sont totalement ruinés.

Après la guerre, la Reconstruction donne l’occasion pour l’architecte Louis Marie Cordonnier d’aménager une nouvelle place, dans l’esprit qu’il défend, celui d’une « Renaissance flamande » idéalisée. Symbole des libertés communales, un beffroi de 67 mètres, orné d’échauguettes et de mâchicoulis, commande la place. L’hôtel de ville illustre aussi cette fierté retrouvée, avec sa façade encadrée de bretèches, son escalier monumental et son grand salon héritier de la halle échevinale.

Cordonnier dessine également le monument aux morts pyramidal, sculpté par Edgar Boutry, qui flanque la place et construit, à proximité, la halle, devenue aujourd’hui la salle de spectacle « Le Vivat ». Enfin, la nouvelle église Saint-Vaast sort de terre dans un style néogothique, dominant l’hôtel de ville avec son clocher haut de 83 mètres.

Les architectes se penchent également sur la reconstruction des bâtiments industriels comme en témoigne  l’ancienne brasserie Motte-Cordonnier installée sur les rives de la Lys. La rue du Président Kennedy illustre, quant à elle, la rivalité architecturale des notables de la cité pour leur nouvel habitat.

 

A proximité