Louverval Military Cemetery and Cambrai Memorial - Doignies

  • Mémorial de la Bataille de Cambrai - Doignies - Pas-de-Calais (62) - Nord-Pas de Calais

    Mémorial de la Bataille de Cambrai - Doignies - Pas-de-Calais (62) - Nord-Pas de Calais

    © S.Dhote

  • Mémoire en Cambrésis

    Mémoire en Cambrésis

    © Tourisme Cambrésis

Louverval Military Cemetery and Cambrai Memorial - Doignies RD 930 - 62147 62147 DOIGNIES fr

Erigé à côté du cimetière militaire de Louverval à Doignies, où reposent les restes de 124 soldats de l’armée britannique, le « Cambrai Memorial » rend hommage à plus de 7000 combattants du Royaume-Uni et d’Afrique du Sud portés disparus à l’issue de la bataille de Cambrai en novembre-décembre 1917.

Cambrai au centre de l'assaut

Fin 1917, l’armée impériale britannique ne parvient pas à obtenir la victoire escomptée lors de la troisième bataille d’Ypres lancée à l’été.

Un nouvel assaut majeur est donc décidé devant Cambrai, important centre ferroviaire et de garnison allemands, entouré de plaines crayeuses favorables au déploiement des chars.

Il est vrai qu'après la déroute de Bullecourt ( proche de la ville de Béthune) en avril, le commandement mise sur une nouvelle génération de tanks, le « Mark IV » et sur leur utilisation massive, combinée à un barrage roulant d’artillerie, pour percer la ligne Hindenburg et ainsi ouvrir le chemin à l’infanterie.

Dans le même temps, l’aviation interviendra à l’arrière des lignes allemandes pour enrayer l’arrivée des renforts.

Le 20 novembre, à 6h30, 476 chars et six divisions d’infanterie montent à l’assaut et les Allemands, surpris, se replient.

Prise de la ligne Hindenburg

En un jour, les Britanniques progressent de 9 kilomètres, perçant pour la première fois la ligne Hindenburg qui s'étend sur près de 160 km de Lens, Arras (Pas-de-Calais), à l'Aisne, près de Soissons. La première opération « toutes armes réunies »semble un succès.

Dans les jours qui suivent, les assaillants n’arrivent pas à exploiter leur percée. L’acheminement des renforts s’effectue trop lentement sur des routes engorgées et en mauvais état, laissant aux Allemands le temps de se ressaisir.

Combats meurtriers

En deux heures, ils avancent de 5 kilomètres, infiltrant de petits groupes de combattants bien entraînés dans les lignes adverses. Le 4 décembre, quand les combats prennent fin, les Britanniques ont subi un cuisant échec, cédant tout le terrain conquis.

Le bilan humain est lourd : 44 000 hommes perdus chez les Britanniques et 45 000 chez les Allemands.

A Voir

A proximité