Oradour-sur-Glane, invitation à une réflexion universelle

  • Oradour sur Glane vue aérienne

    Oradour sur Glane vue aérienne

    © Atout France/R-Cast

  • Village en ruine

    Village en ruine

    © Atout France/Benoît Roland

  • Centre de la mémoire

    Centre de la mémoire

    © Atout France/Benoît Roland

Oradour-sur-Glane, invitation à une réflexion universelle

Le village d’Oradour-sur-Glane, tout près de Limoges, est connu de par le monde pour avoir conservé les traces du massacre de 642 hommes, femmes et enfants perpétré par une unité de la 2ème Division SS Das Reich le 10 juin 1944. Ce village-fantôme se parcourt au milieu des maisons détruites dans un silence poignant…

Le samedi 10 juin 1944, Oradour-sur-Glane, a été le théâtre d’un des plus grands massacres de la Deuxième Guerre mondiale. Vers 14h00, près de 200 soldats allemands de la division « Das Reich » encerclent le bourg et rassemblent la population sur le Champ de foire, prétextant un simple contrôle d’identité. Les hommes sont répartis en 6 groupes dans diverses granges d’Oradour tandis que les femmes et les enfants sont regroupés dans l’église. En quelques minutes, les hommes sont abattus puis brûlés, puis c’est au tour des femmes et enfants de subir le même sort et d’être brulés dans l’église. De nombreuses victimes n’ont jamais pu être identifiées.


Une visite à la fois émouvante et historique

  • L’émotion à chaque coin de rue dans les ruines - Depuis 1946, les ruines du village martyr sont classées Monument historique et sont visitées chaque année par 300.000 personnes. Des pans de murs calcinés, un mémorial, une église, un cimetière où ont été rassemblées les dépouilles des victimes du nazisme composent ce « sanctuaire » et appellent au recueillement.
  • Une interprétation historique au Centre de la Mémoire - Pour fixer ce message universel que les ruines seules ne pouvaient continuer à perpétuer, un Centre de la Mémoire a été inauguré en 1999. Il propose une exposition permanente dont le parcours invite le visiteur à se plonger dans l’histoire d’Oradour, de la Seconde Guerre mondiale, puis de l’après-guerre. Forme architecturale du bâtiment et mise en scène des espaces intérieurs évoquent de manière symbolique les évènements qui contribuèrent à faire de ce site un « lieu de mémoire ».

Le visiteur peut donc suivre un cheminement explicite, historique et pédagogique dans l’exposition permanente, émotionnel et mémoriel dans le village martyr.


Oradour aujourd’hui

Après le massacre, un nouveau village a été construit à côté de l’ancien. Le traumatisme causé par ce drame, la disparition d’une génération et la proximité des ruines, ont rendu difficile sa renaissance, qui ne s’est amorcée qu’au début des années 1960. Aujourd’hui, Oradour-sur-Glane est un bourg actif qui compte 2200 habitants.

 

>> Oradour-sur-Glane est accessible en voiture en 7h30 depuis Bruxelles.

Plus d'informations