La Statue équestre du Field Marshal Douglas Haig - Montreuil-sur-Mer

La Statue équestre du Field Marshal Douglas Haig - Montreuil-sur-Mer Place du Théâtre 62170 MONTREUIL-SUR-MER fr

Face au théâtre de Montreuil, la statue équestre du Maréchal Douglas Haig constitue aujourd’hui l’un des rares témoins des années, entre 1916 et 1919, où cette paisible sous-préfecture a joué le rôle de capitale de l’armée impériale britannique.

C’est en mars 1916 que le Commandant en chef des armées britanniques transfère son Grand Quartier Général (G.Q.G.), de Saint-Omer à Montreuil. Aux yeux du Maréchal Haig, la ville paraît idéalement située, à proximité du front mais aussi des trois ports de Boulogne, Calais, et Dunkerque par lesquels transitent ses troupes et leur approvisionnement a destination des secteurs du Front sous contrôle britannique : la Flandre, l’Artois et la Somme. De plus, la ville offre des infrastructures d’accueil intéressantes avec, notamment, les vastes bâtiments de l’Ecole militaire préparatoire où les services du G.Q.G. vont s’installer jusqu’à leur déménagement, début 1919.

Le Maréchal, lui, préfère résider au château de Beaurepaire, à quelques kilomètres. Cet afflux soudain d’une foule d’officiers et d’hommes de troupe bouleverse la vie de la cité, un peu endormie entre ses remparts et qui a déjà accueilli de nombreux réfugiés fuyant l’invasion. D’autant que la voilà soumise au régime militaire : couvre-feu, restrictions de circulation, suppression de l’éclairage public, etc. Mais ce qui touche le plus les habitants, c’est la flambée des prix. Les édiles devront instituer un Comité municipal de ravitaillement.

Malgré tout, une réelle « entente cordiale » règne entre les Montreuillois et leurs hôtes. Si bien qu’à la mort du Maréchal Haig, en 1928, ils ouvrent une souscription pour ériger en son honneur une statue équestre, se rappelant de son goût pour les promenades à cheval dans la campagne montreuilloise. Et après son enlèvement par l’occupant allemand en 1940, ils iront chercher le moule chez le sculpteur, Paul Landowski, pour en faire refondre un exemplaire.

A Voir

A proximité