Trou Aid Post Cemetery - Fleurbaix

  • Le Trou Aid Post Cemetery - Fleurbaix - Pas-de-Calais (62) - Nord-Pas de Calais

    Le Trou Aid Post Cemetery - Fleurbaix - Pas-de-Calais (62) - Nord-Pas de Calais

    © A.S. Flament

Trou Aid Post Cemetery - Fleurbaix Rue de Pétillon 62840 FLEURBAIX fr

C’est d’abord un gros bouquet de saules pleureurs dans un coin isolé de Fleurbaix, à quelques centaines de mètres du parc mémorial australien de Fromelles.

Si on s’approche, on distingue une porte trapue à laquelle mène un petit pont. Se dévoile alors le Trou Aid Post Cemetery. Ceint de douves et d’arbres, ce lieu est sans conteste l’un des plus beaux cimetières du Commonwealth de la région.

Son aménagement est l’œuvre de Sir Herbert Baker, l’architecte du Parlement indien à Delhi et de l’Union Building à Pretoria, aujourd’hui résidence du Président d’Afrique du Sud.

Au lendemain de la guerre, les architectes britanniques les plus réputés sont appelés pour penser l’aménagement des cimetières militaires de l’Empire ouverts en France et en Belgique au cours des combats. A ce titre, Baker conçoit plusieurs lieux de mémoire comme le Mémorial Indien (Neuve Chapelle Memorial) de Richebourg tout proche, le mémorial sud-africain de Longueval dans la Somme, et le cimetière de Tyne Cot à Passchendale près d’Ypres.

Le Trou Aid Post Cemetery a été établi dès septembre 1914 à côté d’un poste de secours sur la seconde ligne de tranchée britannique, au lieu-dit « le Trou ». 356 soldats du Commonwealth y reposent à présent, dont 207 n’ont pu être identifiés. 

Au fur et à mesure des tombes, s’égrenne la longue liste des combats meurtriers qu’a connu le secteur : Le Maisnil (octobre 1914), Aubers (mai 1915), Loos-en-Gohelle (septembre-octobre 1915) et Fromelles (juillet 1916). Ce secteur faisait partie du « Front oublié » qui, d’Armentières à La Bassée, est demeuré à l’écart des grandes zones stratégiques du saillant d’Ypres et de l’Artois. Si aucune opération majeure ne s’y produit avant l’offensive allemande du printemps 1918, de nombreux assauts de faible envergure y seront menés entre l’automne 1914 et l’été 1916 par l’armée britannique contre les positions allemandes situées sur le talus des Weppes tout proche. Tous seront des échecs cuisants qui contraindront les Alliés à revoir leur stratégie au profit de vastes attaques, comme dans la Somme en juillet 1916.

Le haut commandement britannique y affectera ses troupes d’outre-mer qui, arrivant en Europe, découvrent la guerre des tranchées : Indiens, Canadiens, Australiens, Néo-Zélandais. C’est là aussi que sera mobilisé le Corps expéditionnaire portugais à partir de 1917.

 

A Voir

A proximité