Wimereux , visitez le Communal Cemetery

  • Tombe du poète canadien John Mc Crae - Wimereux Communal Cemetery - Pas-de-Calais (62) - Nord-Pas de Calais

    Tombe du poète canadien John Mc Crae - Wimereux Communal Cemetery - Pas-de-Calais (62) - Nord-Pas de Calais

    © A.S. Flament

Wimereux , visitez le Communal Cemetery Cimetière communal - Rue Jean Moulin 62930 WIMEREUX fr

Le carré militaire du cimetière de Wimereux a de quoi surprendre le visiteur des sites de mémoire de la région. Comme au Boulogne Eastern Cemetery, les stèles n’y ont pas été dressées mais posées à plat du fait de la nature sablonneuse du sol.

De plus, parmi les 2 847 tombes du Commonwealth que compte aujourd’hui ce cimetière, on trouve celles de plusieurs infirmières qui rappellent l’important centre hospitalier qu’a été cette station balnéaire pour l’armée impériale britannique durant la Grande Guerre.

En effet, en 1917, pas moins de 10 hôpitaux y ont fonctionné simultanément pour accueillir les blessés du front et les soldats malades. Les hommes qui ne se remettront pas de leurs blessures seront inhumés dans le cimetière communal de Wimereux jusqu’en juin 1918, date à laquelle, faute de place, un nouveau cimetière est ouvert à Wimille, leTerlincthun British Cemetery.

En marge des centres logistiques qui s’organisent autour des ports, une immense zone sanitaire s’établit le long du littoral comptant une cinquantaine de centres de soins répartis entre Calais, Wimereux, Boulogne, Dannes-Camiers, Etaples, le Touquet-Paris-Plage ainsi que Saint-Omer.

Près de la Croix du Sacrifice, une tombe se distingue par les petits drapeaux canadiens et les petites croix en portant un coquelicot en papier qui l’entourent. Il s’agit de la tombe du Lieutenant-Colonel, et poète, John Mac Crae. Médecin, Mac Crae sera mobilisé dans le secteur d’Ypres où il portera secours aux soldats blessés au cours de la deuxième bataille d’Ypres en avril et mai 1915. Il perdra lors des combats un ami proche qui sera enterré dans un cimetière de fortune. C’est à la vue de ce cimetière qu’il composera son célèbre poème "In Flanders Fields "qui commence :

« Dans les champs de Flandres, les coquelicots poussent, entre les croix, là où nous reposons… »

Première fleur à repousser dans les sols ravagés par l’artillerie, le coquelicot évoque à la fois la couleur du sang versé et la renaissance de la vie. Au lendemain de la guerre, ce poème devenu très populaire contribuera à l’adoption du coquelicot, le fameux "poppy", comme fleur du souvenir dans l’ensemble de l’Empire britannique.

A proximité