Rendez-vous au Zivy Crater - Thélus

  • © S.Dhote

Rendez-vous au Zivy Crater - Thélus Route de Thélus à Neuville-Saint-Vaast 62580 THELUS fr

Entre Thélus et Neuville-Saint-Vaast, les champs qui courent jusqu’à la forêt domaniale de Vimy ne comportent plus beaucoup de traces des combats de la Grande Guerre.

Au pied de la crête de Vimy, c’est pourtant un paysage quasi lunaire que découvrent les soldats canadiens en lançant les préparatifs de l’assaut qu’ils donneront sur les positions allemandes en avril 1917.  Les cratères de mine et les trous d’obus témoignent des combats qui ont eu lieu dans le secteur et notamment de l’offensive française de mai 1915 et de l’attaque allemande lors de la relève de l’armée française par l’armée britannique en mai 1916.

Depuis le début du conflit, les Allemands tiennent la crête de Vimy haute de 140 mètres. De là, ils dominent, d’un côté le Bassin minier qu’ils occupent et, de l’autre, l’Artois aux mains des Alliés.

Réunies pour la première fois au sein d’un même corps d’armée dont le commandement est confié au lieutenant-général canadien Julian Byng, les quatre divisions canadiennes préparent minutieusement leur assaut sur la crête. Les sapeurs creusent douze tunnels à une profondeur d’au moins 10 mètres, perpendiculaires aux lignes ennemies pour acheminer les combattants le plus près possible de celles-ci. A l’arrière, des lignes allemandes sont reconstituées pour entraîner leurs hommes. Leurs artilleurs pilonnent les positions ennemies depuis la mi-mars et des mines souterraines explosent dans le no man’s land, au matin du 9 avril. Les Canadiens lancent alors l’assaut, au même moment que les Britanniques devant Arras. En une demi-heure, le corps canadien emporte la première ligne allemande. Le lendemain, il contrôle totalement la crête.

Lors de l’offensive et dans le mois suivant, l’officier en charge des inhumations profite alors de deux anciens cratères de mine pour ensevelir une centaine de corps. Initialement nommés CB1 et CB2A, le Zivy Crater et le Lichfield Crater sont aujourd’hui les deux seuls cimetières du Commonwealth à conserver cette forme si particulière le long de l’ancien Front. Dans le Zivy Crater reposent 53 corps dont 5 n’ont pas été identifiés ; dans le Lichfield, 57 dont 15 inconnus. A défaut de stèle, le nom des victimes identifiées sont inscrits sur des panneaux apposés sur le mur d’enceinte au pied de la Croix du Sacrifice.

A Voir

A proximité