Ahmad Jamal déclare sa flamme à Marseille

Par Virginie Dennemont | Publié le : 09 mai 2017
  • Ahmad Jamal et son piano chez lui aux Etats-Unis

    Ahmad Jamal et son piano chez lui aux Etats-Unis - © J-M. Lubrano

    Ahmad Jamal et son piano chez lui aux Etats-Unis

    Ahmad Jamal et son piano chez lui aux Etats-Unis - © J-M. Lubrano

  • L'album Marseille signé Ahmad Jamal

    Pour l'album Marseille, Ahmad Jamal a composé pour la première fois la musique mais aussi les paroles d'un morceau

    L'album Marseille signé Ahmad Jamal

    Pour l'album Marseille, Ahmad Jamal a composé pour la première fois la musique mais aussi les paroles d'un morceau

Ahmad Jamal déclare sa flamme à Marseille marseille fr

Le légendaire pianiste de jazz américain a composé un opus en forme de lettre d'amour à Marseille. Un album éponyme qui marque une nouvelle étape dans l'admiration mutuelle que se vouent Ahmad Jamal et le public français. Radiographie d'une relation amoureuse entre le jazzman et la cité phocéenne...

 

C'est sa musique qui en parle le mieux. Quand Ahmad Jamal déclare sa flamme, il ne fait pas les choses à moitié. Ca tombe bien, Marseille n'est pas ville à aimer les demi-mesures. Il faut se laisser emporter par Marseille, le morceau consacré à la cité phocéenne par le grand pianiste de jazz, comme le point d'orgue d'une relation qui dure depuis 60 ans.

Marseille, ta voix ne cesse de m'appeler

A 86 ans, l'artiste américain, Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres, en profite pour se lancer un nouveau défi : c'est la première fois qu'il pose des mots sur sa musique, comme si la pure émotion des notes ne suffisait plus...

Marseille / Je marche souvent seul dans tes rues / Et trop souvent j'ai disparu / Marseille, mon coeur si seul cherche ta caresse / Car ma vie est trop remplie de tristesse...

Marseille / Ta voix ne cesse de m'appeler / Marseille, Marseille ville d'éternité...

Marseille, tes monuments abondent en nombre / Tes mystères, au-delà des hommes nous comblent / Marseille, jamais je ne peux regretter / Le jour béni où je t'ai rencontrée...

Le flow du slameur d'Abd Al Malik

La mélancolie affleure, l'attraction implacable aussi, d'une ville aimant, d'une ville aimante. Une véritable lettre d'amour à la capitale emblématique du sud de la France. Quiconque s'est posé sur le port face au bleu profond de la mer Méditerranée, s'est laissé nimber de la lumière si pure au zénith, cristalline au petit matin, bienveillante au soleil couchant, puisera dans l'album Marseille son propre hymne à la ville. On choisira de s'identifier tour à tour à l'une des trois versions du morceau, la première, instrumentale et magistrale, et ses déclinaisons vocales.

L'une est interprétée par le slameur français Abd Al Malik, qui ajoute son flow aux notes syncopées du jazzman américain. L'autre version vocale ferme le disque sur les vocalises de Mina Agossi, qui a traduit en français les paroles écrites en anglais* par Ahmad Jamal. 

En concert à Marseille et Vienne

Deux interprétations qui ont déjà bouleversé les chanceux présents à l'avant-première mondiale donnée à Jazz in Marciac en août 2016. Si vous avez manqué ce grand moment de jazz, la sortie de l'album le 9 juin sera suivie de deux concerts à l'Opéra de Marseille dans le cadre du festival Marseille Jazz des Cinq Continents les 12 et 13 juin 2017; puis au Théâtre Antique dans le cadre du Festival de Jazz à Vienne le 30 juin 2017. On y redécouvrira par exemple Autumn Leaves (Les Feuilles mortes de Joseph Kosma) et les luxuriantes harmonies d'Ahmad Jamal qui en nourrissent la mélancolie...

Après Blue Moon et Saturday Morning, l'album Marseille prouve, s'il le fallait, que le maître reste au sommet de sa puissance créative...

 

*Paroles originales :

"Marseille"

Marseille, I often walk your streets alone / And then, too often I am gone / Marseille, my lonely heart needs your caress / My life, is full of deep regret / Your sun, is unrelenting till it sets /

Marseille, your voice keeps calling me / Marseille, Marseille lives on eternally /

Marseille, your many monuments abound / Mysteries, beyond the human mind /

Marseille, I never, ever, can regret / Blessed be, the moment that we met

 

Related videos

 
 

Vidéos affiliées

 
 
 
 

A Voir

A proximité