Le Corbusier, patrimoine mondial de l'humanité

Publié le : 22 juillet 2016
  • Villa Savoye

    Villa Savoye

    © J-C Ballot - CMN Paris

  • Cité Radieuse

    Cité Radieuse

    © OTCM - FLC

  • Cité Radieuse

    Cité Radieuse

    © OTCM - FLC

  • Maison de la Culture de Firminy

    Maison de la Culture de Firminy

    © Arnaud Frich - F.L.C / ADAGP

  • Chapelle Notre-Dame du Haut

    Chapelle Notre-Dame du Haut

    © ADAGP

Le Corbusier, patrimoine mondial de l'humanité

Le célèbre architecte franco-suisse, Charles Edouard Jeanneret-Gris (1887-1965), plus connu sous le pseudonyme « Le Corbusier », a reçu la reconnaissance de l’UNESCO. Un an après le cinquantième anniversaire de sa mort, dix-sept de ses œuvres sont désormais classées au patrimoine mondial de l’humanité, dont dix sont situées en France.

 

L’aboutissement d’un travail collectif de plus de 10 ans

L’inscription de l’œuvre de Le Corbusier au titre du patrimoine de l’humanité est le fruit d’un travail collectif entamé depuis plus de 10 ans. La particularité de cette candidature, portée par la France, est sa dimension internationale et le rapprochement de sept pays (Allemagne, Argentine, Belgique, France, Inde, Japon et Suisse).

 

Architecte avant-gardiste

Visionnaire pour son époque, les créations de Le Corbusier laissent rarement insensibles. Il est encore aujourd’hui l’un des architectes les plus connus au monde, précurseur d’une architecture nouvelle et moderne. La ville était son terrain de jeu favori et le béton son matériau de prédilection.


Ses œuvres, réalisées sur un demi-siècle, témoignent d’une nouvelle conception de l’architecture en rupture avec le passé.


La France fut son principal lieu d’expression et concentre donc dix de ses œuvres inscrites. Parmi elles la plus connue, la Cité radieuse de Marseille. Le Corbusier la conçoit comme un véritable village, avec une rue commerçante, une école, un gymnase et même des terrasses pour que les habitants puissent admirer la mer.


Les œuvres situées en France ayant fait l’objet de l’inscription UNESCO :

 

  • Maisons La Roche et Jeanneret, Paris, Ile de France (1923)
  • Cité Frugès, Pessac, Aquitaine (1924)
  • Villa Savoye et loge du jardinier, Poissy, Ile de France (1928)
  • Immeuble locatif à la Porte Molitor, Boulogne-Billancourt, Ile De France (1931)
  • Unité d'habitation "La Cité Radieuse", Marseille, Provence-Alpes-Côté d'Azur (1945)
  • Manufacture à Saint-Dié-des-Vosges, Lorraine (1946)
  • Chapelle Notre-Dame-du-Haut, Ronchamp, Franche-Comté (1950)
  • Cabanon de Le Corbusier, Roquebrune-Cap-Martin, Provence-Alpes-Côté d'Azur (1951)
  • Couvent Saint-Marie-de-la-Tourette, Eveux, Rhône-Alpes (1953)
  • Maison de la Culture de Firminy, Rhône-Alpes (1953)

 

Un « artiste » mondialement reconnu

Le travail de Le Corbusier atteste également de l’internationalisation de la pratique architecturale à l’échelle de la planète puisque les dix-sept bâtiments sont présents sur trois continents : l'Europe essentiellement avec des réalisations en Allemagne, en Belgique et en Suisse ; l'Amérique du Sud (Argentine) et aussi l'Asie (avec des œuvres situées en Inde et au Japon).


Les sept œuvres inscrites à travers le monde :

 

  • Petite villa au bord du lac Léman, Corseaux, Vaud, Suisse (1923)
  • Maison Guiette, Anvers, Flandres, Belgique (1926)
  • Maison de la Weissenhof-Siedlung, Stuttgart, Bade-Wurtemberg, Allemagne (1927)
  • Immeuble Clarté, Genève, Suisse (1930)
  • Maison du Docteur Curutchet, La Plata, Province de Buenos-Aires, Argentine (1949)
  • Complexe du Capitole, Chandigargh, Pendjab, Inde (1952)
  • Musée National des Beaux-arts de l’Occident, Taito-Ku, Tokyo, Japon (1953)