Laurence Equilbey, la mesure inattendue

Par Julie Rovero-Carrez | Publié le : 24 juin 2016
  • Laurence Equilbey

    Laurence Equilbey

    © Julien Mignot

  • Insula Orchestra - Laurence Equilbey

    Insula Orchestra - Laurence Equilbey

    © Marie Guilloux - Squaw Films

  • Laurence Equilbey

    Laurence Equilbey

    © Jean-Baptiste Millot

Laurence Equilbey, la mesure inattendue Quai Georges Gorse 92100 Boulogne-Billancourt fr

Laurence Equilbey est définitivement là où on ne l’attend pas. Brillante chef d’orchestre, elle ne cesse de développer des concepts qui allient répertoire classique et modernité. Sa priorité : partager avec un public qu’elle souhaite toujours plus large. Pari réussi !

 

Mon Histoire

« Je suis née en Forêt-Noire et j’ai de la famille scandinave : j’ai été bercée par cette culture nordique et allemande et par un univers familial mélomane. En pension, les moments d’intimité étant rares, j’ai eu besoin de me créer mon jardin secret à travers la musique. J’ai étudié le piano, la flûte, le chant et les techniques d’écriture, l’harmonie et l’analyse. Après mon Bac, je suis partie étudier la direction d’orchestre en Autriche, en Scandinavie puis en Angleterre et j’ai commencé ma carrière.

J’ai toujours travaillé la direction d’orchestre et la direction de chorale parallèlement. J’ai d’ailleurs chanté dans un chœur pour gagner ma vie lorsque j’étais à Vienne ! Le chant est une des bases des musiciens. C’est ainsi qu’est né mon ensemble vocal, Accentus, en 1991, puis, quatre ans plus tard, le Jeune Chœur de Paris au CRR de Paris, cursus destiné aux jeunes chanteurs. L’éducation, la transmission, font partie de mes priorités. J’interviens dans ce sens par voie artistique et numérique. J’ai dirigé 10 ans cette formation.

Parallèlement à mon activité de chef invitée, j’ai eu l’opportunité de créer avec le Conseil départemental des Hauts-de-Seine un ensemble sur instruments d’époque, Insula Orchestra et ainsi d’explorer le Siècle des lumières et les grands répertoires ou les moins connus de 1750 à 1850.  Aujourd’hui, Insula Orchestra compte 8 à 10 productions par an pour une quarantaine de concerts en France et à l’étranger. »

 

Une démarche résolument contemporaine

En 2009, Laurence Equilbey est à l’origine du projet Private Domain qui invite l’électro et la pop dans la musique classique. Concrètement, des artistes tels que Marc Collin (Nouvelle Vague), Murcof (producteur électro) ou Rosemary Standley (chanteuse du groupe Moriarty) revisitent des grands classiques signés Purcell, Bach ou Monteverdi. « La Passion selon Saint-Jean de Bach est d’une incroyable modernité avec sa basse obstinée très régulière. Ma démarche artistique vise à recréer l’état de choc des contemporains de Jean-Sébastien Bach. » Une bonne manière également de toucher des néophytes, le groupe s’étant notamment produit au Printemps de Bourges !

Parallèlement, Laurence Equilbey se distingue avec des web-projets très innovants. En octobre 2013, elle crée la surprise au Château de Versailles avec deux Flashmobs’Art : des musiciens d’Insula Orchestra ont donné une représentation de la Danse des Furies de l’opéra Orfeo ed Euridice avec les danseuses étoiles Alice Renavand et Marie-Agnès Gillot tandis qu’un solo de flûte Orfeo aux Champs-Elysées se produisait sur le parterre d’Eau.

La surprise mais aussi l’ouverture avec la création de web-séries (voir vidéos) : l’équipe de Laurence Equilbey a imaginé un docu-fiction façon sitcom qui permet de communiquer autrement mais surtout d’instruire de manière ludique en suivant les aventures de Lorenzo, un jeune passionné de musique classique !

Dernier projet en date, et de taille, en avril 2017 sera inaugurée la Cité musicale départementale de l’Île Seguin à Boulogne-Billancourt. Une grande salle de 4000 places sera consacrée aux musiques actuelles (pop, comédie musicale…) et un Auditorium accueillera la musique classique et contemporaine : « J’aime l’idée que les publics se croisent ! ». Insula Orchestra y sera en Résidence ce qui lui permettra d’explorer des formes différentes (des formats flash de 20 minutes, before, after), de collaborer avec des artistes (le chorégraphe Yoann Bourgeois, le collectif catalan La Fura dels Baus, la metteuse en scène Séverine Chavrier…) et d’inviter des chefs d’orchestres et d'autres ensembles.

 

Mon ADN

- Votre mentor ?
« Le chef d’orchestre allemand Nikolaus Harnoncourt »

- 3 mots ou adjectifs pour vous qualifier ?
« Innovation, prise de risques artistiques, partage avec le public. »

- Que faites-vous de votre temps libre ?
« Je vois mes amis, des expos (Palais de Tokyo, Musée d’Art Moderne, Beaubourg, galeries du Marais…), des spectacles ou des films au Cinéma des Cinéastes, j’y vais les yeux fermés, la programmation est excellente… »

 

Ma Playlist

« J’aime écouter de l’électro, de la variété, du Rock : Léonard Cohen, Janis Joplin, les Rolling Stones, Barbara, Véronique Sanson, Damien Rice, Emilie Simon ou Olivia Ruiz. »

 

Un morceau à écouter en famille ? « Damien Rice, Sleep, don’t weep »

Un morceau à écouter entre amis ? « Leonard Cohen, Famous Blue Raincoat »

Un morceau pour remonter le moral ? « Bach, Oratorio de Noël, Jauchzet, Frohlocket »

Un morceau pour faire la fête ? « Aaron, Embers »

Un morceau pour séduire ? « Schubert, Le Pâtre sur le Rocher »

Un morceau pour se marier ? « Mendelssohn, Songe d’une Nuit d’été, Marche nuptiale »

 

Ma ville

« Paris m’inspire, c’est une ville exceptionnelle. J’adore les quais de Seine au niveau du Grand Palais, c’est très aéré, il y a une belle perspective, avec le Pont Alexandre III, quelle beauté ! Mon Montmartre est préservé des commerces, il n’y a qu’un seul café, peu de voitures. »

 

3 adjectifs pour qualifier Paris ? « Inspirante, intime (j’y suis née, donc tout m’est familier), insaisissable (à la fois ville-musée et ville dynamique… mais attention à ce que chaque époque puisse toujours y mettre son empreinte !) »

 

Une odeur ? « Les marronniers en fleur »

Un bruit ? « Le pépiement des moineaux »

Un goût ? « Le café

Une vue ? « Depuis Montmartre sur tout Paris »

 

Mes adresses et lieux

 

Un gastro ? « La Dame de Pic »
20, rue du Louvre, 75001 Paris
+33 1 42 60 40 40

 

Un bistrot ? « Le Mordant »
61, rue de Chabrol, 75010 Paris
+33 9 83 40 60 04

 

Pour prendre un verre ? « Chez Marcel »
1 villa Léandre, 75018 Paris

 

Un lieu shopping ? « La rue de Grenelle »
Paris 6ème et 7ème arrondissments

 

Un lieu pour se cultiver ? « La Philharmonie de Paris »
221, avenue Jean Jaurès, 75019 Paris

 

Un lieu pour un spectacle ? « L’Opéra de Paris »
8, rue Scribe, 75009 Paris

 

Un lieu pour se ressourcer, rêver, errer ? « Montmartre »
Paris 18ème arrondissement

Related videos

 
 

Vidéos affiliées

 
 
 
 

A Voir

Agenda

A proximité