Ali Kazma « Souterrain » au musée du Jeu de Paume à Paris

Du 17 octobre 2017 au 21 janvier 2018
  • Calligraphy de la série "Résistance" 2013

    Calligraphy de la série "Résistance" 2013 - © Ali Kazma

    Calligraphy de la série "Résistance" 2013

    Calligraphy de la série "Résistance" 2013 - © Ali Kazma

Ali Kazma « Souterrain » au musée du Jeu de Paume à Paris 1 place de la Concorde 75008 Paris fr

Intitulée « Souterrain », l’exposition personnelle d’Ali Kazma au Jeu de Paume, du 17 octobre 2017 au 21 janvier 2018, s’attache à montrer l’évolution de son travail au cours des dix dernières années. 

Né à Istanbul en 1971, Ali Kazma est diplômé de la new school à New York, en 1998. Il vit et travaille à Istanbul depuis 2000. Ayant recours dans son travail aux médias photographique et filmique, il parcourt la planète à la recherche de situations, de lieux et de bâtiments où entre en jeu l’aptitude de l’homme à transformer le monde.

L’évolution du monde contemporain

Approfondissant des questions fondamentales portant sur le sens de l’activité humaine qui se déploie dans les champs économique, industriel, scientifique, médical, social et artistique, chacune de ses vidéos met en exergue un aspect particulier de son étude des changements qui s’opèrent dans notre monde contemporain, constituant ainsi progressivement une vaste archive de la condition humaine.

La démarche d’Ali Kazma est sous-tendue par la volonté d’ajouter à la complexité et au mystère du monde, d’ouvrir et de susciter un discours esthétique et éthique à partir de l’interconnexion d’un ensemble de thèmes. Elle comprend une vingtaine d’œuvres vidéo, dont deux ont été réalisées à l’occasion de cette exposition, et une publication photographique, un livre d’artiste. Les vidéos sont présentées sous forme de projections murales de grand format.

Une expérience immersive

Immergé dans l’espace, le spectateur fait face aux rythmes et aux couleurs de ces projections dont l’impact visuel est étonnamment spectaculaire. Depuis le début de son travail, Ali Kazma a réalisé plus d’une soixantaine de vidéos. Ce corpus se compose de nombreux films indépendants, mais également de deux grandes séries intitulées Obstructions et Resistance.

L’intérêt de l’artiste pour des sites qui témoignent plus particulièrement de l’histoire de l’homme s’exprime dans des œuvres comme Absence (2011) et Safe (2015), ainsi que dans ses deux films les plus récents, réalisés spécialement pour l’exposition « Souterrain ». Intitulés Mine et North, ils figurent des lieux hostiles, très impressionnants et associés à des situations politiques complexes, qui ont été exploités par l’homme avant d’être délaissés. Mine a été tourné dans l’ancienne mine de salpêtre de Chacabuco, bourgade minière abandonnée, située dans le désert d’Atacama, au Chili. La mine ferma ses portes à la fin des années 1930 puis fut transformée par le régime de Pinochet, au début des années 1970, en camp de concentration où furent internés ouvriers, avocats, artistes et écrivains. La vidéo décrit l’environnement hostile désormais inhabité. 

Contrastant avec Mine, North montre la mine de charbon de Pyramiden, sur l’île de Spitzberg, dans l’archipel du Svalbard, à mi-chemin entre la Norvège et le pôle Nord. Cette mine, elle aussi abandonnée, représente d’une certaine manière l’histoire politique complexe de la région, marquée par la culture soviétique pendant plus de cinquante ans (de 1936 à 1991).

Choisissant ses sujets en fonction de leur potentiel historique, social, esthétique et politique, Ali Kazma produit des œuvres brèves et concises, d’où sont absents à la fois l’artifice technique et l’intrigue.

Adresse

Jeu de paume
1 Place de la Concorde
75008 Paris

 

A Voir

A proximité