Amadeo de Souza-Cardoso au Grand Palais de Paris

Du 20 avril 2016 au 18 juillet 2016
  • Amadeo de Souza-Cardoso, Titre inconnu (Clown, cheval, salamandre), détail, vers 1911-1912, gouache sur papier, 23,80 x 31,80 cm, Lisbonne, CAM / Fundação Calouste Gulbenkian, donation Lucie de Souza-Cardoso, Photo Paulo Costa

    Amadeo de Souza-Cardoso, Titre inconnu (Clown, cheval, salamandre), détail, vers 1911-1912, gouache sur papier, 23,80 x 31,80 cm, Lisbonne, CAM / Fundação Calouste Gulbenkian, donation Lucie de Souza-Cardoso, Photo Paulo Costa

    © Paulo Costa

Amadeo de Souza-Cardoso au Grand Palais de Paris 3 Avenue du Général Eisenhower 75008 Paris fr

Il n’y a probablement pas d’exemple aussi étonnant, au XXe siècle, d’un artiste majeur tombé dans l’oubli que celui d’Amadeo de Souza-Cardoso.

Au point que l’historien d’art américainRobert Loescher l‘a qualifié en 2000 comme "l’un des secrets les mieux gardés du début de l’art moderne".

Amadeo est sorti des écrans radar et n’a conservé sa célébrité que dans son propre pays. Il a pourtant eu le temps de laisser une œuvre étourdissante.

Si l’on observe finement la chronologie de son compagnonnage avec Amedeo Modigliani ou Constantin Brancusi, c’est bien souvent lui qui fait figure d’inventeur de formes.

La vie de Souza-Cardoso est courte et intense. On distingue deux grandes périodes qui sont matérialisées dans le parcours de l’exposition.

La période de Paris (1906-1914)

La ville qu’il découvre, centre euphorique de toutes les ruptures, attire son attention sur les artistes qui rompent avec les canons classiques.

Amadeo participe, lui aussi, à ce mouvement de rupture ; il fait ses premiers pas dans cet univers cosmopolite en développant un dialogue créatif avec ses compagnons de travail : Modigliani, Brancusi, Archipenko, le couple Delaunay,
Otto Freundlich, Boccioni, entre autres.

En 1908, lorsqu’il s’installe à la Cité Falguière (Montparnasse), il se lie avec certains artistes qui, comme lui, se situent en marge des mouvements programmatiques, notamment Modigliani et Brancusi.

Manhufe, Portugal (1914-1918)

Le petit village de Manhufe au Nord du Portugal, imprègne l’univers visuel d’Amadeo et se retrouve au long des multiples étapes de son travail.

Il ne s’agit pas seulement de paysages ou de représentations de la nature ; ce lieu renferme ce qu’Amadeo considère comme sien, un paysage naturel mais aussi mental.

L’exposition

Selon un parcours chrono-thématique, l’exposition réunit environ 300 œuvres : peintures, dessins, gravures, photographies, ainsi qu’une sculpture et deux masques africains. Parmi elles, quelques œuvres d’artistes contemporains dont Amadeo.

Dans la rotonde un triptyque vidéo, commandé spécialement par la Fondation Calouste Gulbenkian à l’artiste Nuno Cera, consacre les lieux chers à Amadeo (Manhufe au Portugal, la Bretagne et Paris).

En dix ans, Amadeo de Souza-Cardoso a tracé une voie totalement singulière dont la redécouverte en France, bien que tardive, ne devrait en être que plus saisissante.

 

Adresse

Grand Palais
3 Avenue du Général Eisenhower
75008 Paris

A Voir

Agenda

A proximité