Le carnaval, un incontournable aux Antilles françaises

Du 10 février 2018 au 14 février 2018
  • Vaval 2013

    Vaval 2013 - © CMT / Henri Salomon

    Vaval 2013

    Vaval 2013 - © CMT / Henri Salomon

Le carnaval, un incontournable aux Antilles françaises Martinique fr

Après l’épiphanie et avant le carême, le carnaval aux Antilles est un moment pour se défouler avant les 40 jours de jeûne qu’impose la religion chrétienne.

Aux Antilles le carnaval dure 1 mois ! Eh oui des semaines et des semaines avant le début officiel des festivités, les « groupes à pied » (groupe de musiciens souvent accompagnés de danseurs qui défilent lors des parades) s’entrainent à la vue de tous, un rdv attendu de tous… de quoi commencer l’entrainement des carnavaliers, car une chose est sur ce n’est pas de tout repos.

Les jours gras

L’apogée du carnaval est bien sûr le lundi gras au mercredi des cendres ! Le premier jour a pour thématique le mariage burlesque, les hommes s’habillent en femme et les femmes en homme. Puis vient le mardi gras où tout de rouge, les costumes et masques de diable sont à l’honneur. Et enfin le mercredi des cendres, jour de deuil… tous en noir et blanc pour la « mort de Vaval ».

Mais qui est Vaval ?!

Chaque année en Martinique, l’événement phare est la découverte de sa majesté Vaval, mannequin géant sur un camion-char, fait le tour de la ville jusqu’à la tombée de la nuit. Vaval est une représentation satyrique de l’environnement politique et social de l’année passée. Le dernier jour, le mercredi, une fois le soleil couché, Vaval est brulé sur la place à la vue de tous, de quoi enterrer ce mois de fête et commencer 40 jours de restriction et de recueillement.

Mais Vaval n’est pas le seul acteur des parades festives dans les rues des villes de l’île !

Les chars et groupes à pied

Il y a deux types de meneurs lors des « vidés » (parades dansantes dans lesquelles la foule suit un char ou un groupe à pied en chantant des chansons carnavalesques), les chars avec sono, dj, danseurs ou mascottes... décorés pour l’événement et sponsorisés par des marques, radio ou grandes entreprises. 

Le deuxième type de meneur est le groupe à pied, déguisés de la tête aux pieds dans des costumes plus insolites les uns que les autres, le tout fait à la main, déambule aux rythmes de leurs instruments (ti-bwa, chacha, tambour, conque, caisse claire, etc.).

Et un peu en retrait, serez-vous séduit par un bruit aux décibels élevées, quelque fois même une vraie cacophonie…

Les «bradjack »

Les « bradjack » sont d’anciennes voitures au moteur modifié et décoré selon une thématique, un sujet de société, des fois complètement méconnaissables. Leur but, être les plus créative en faisant le plus de bruits… C’est pour ça que leur nombre est limité et ne doivent pas gêner les chars et autres groupes.

Voici donc le résumé d’un vidé typique au centre ville de la Martinique ! Et ce n’est pas fini…

La semaine carnavalesque

Le carnaval ce n’est pas seulement les parades dans le centre ville de Fort-de-France, il existe des parades dans toutes les communes et pas que de 12h à 20h… Directement en sortant de soirées, ou au premier chant du coq, en pyjama aux aurores il y a aussi une parade, le « vidé en pyjama ». A chaque aurore sa commune, le vidé fait ainsi le tour de l’île, de quoi découvrir tous les recoins non visités habituellement.

Et bien sur tous les soirs de nombreuses soirées à thème sont organisées et attention si le dress code n’est pas suivi, vous vous sentiriez bien seul !