D’OR ET D’IVOIRE Paris, Pise, Florence, Sienne. 1250-1320. Au Musée du Louvre-Lens

Du 25 mai 2015 au 28 septembre 2015
  • MAÎTRE DU CODEX DE SAINT GEORGES,  éléments de diptyque :  Noli me tangere  (a) , Couronnement de la Vierge  (b), Florence, vers 1320,  tempera sur bois, Florence, Museo Nazionale del Bargello

    MAÎTRE DU CODEX DE SAINT GEORGES, éléments de diptyque : Noli me tangere (a) , Couronnement de la Vierge (b), Florence, vers 1320, tempera sur bois, Florence, Museo Nazionale del Bargello

    © S.S.P.S.A.E e per il Polo Museale della città di Firenze - Gabinetto Fotografico

D’OR ET D’IVOIRE Paris, Pise, Florence, Sienne. 1250-1320. Au Musée du Louvre-Lens 99 Rue Paul Bert 62300 Lens fr

L’exposition du Louvre-Lens est la toute première à se pencher sur ce phénomène d’une extrême importance pour l’histoire de l’art.

Elle met en lumière la richesse des échanges artistiques entre la capitale du royaume de France et l’actuelle Toscane dans la seconde moitié du XIIIème siècle et au début du siècle suivant.

Grâce aux prêts exceptionnels d’une vingtaine de prestigieux musées européens, elle lève le voile sur les relations entre les grands foyers de création artistique que sont à l’époque Paris d’un côté, Florence, Sienne et Pise de l’autre.

Plus de 125 œuvres d’un grand raffinement sont ainsi rassemblées.

Elles révèlent en particulier l’influence exercée par les représentants parisiens du gothique rayonnant sur les sculpteurs et peintres toscans de la fin du XIIIème siècle.

1250-1320 d'importantes innovations artistiques apparaissent

Cette période est marquée par des évolutions décisives en Europe, tant sur le plan politique, économique et social qu’intellectuel et artistique.
Les arts connaissent d’importantes innovations technologiques et l’émergence de très grandes personnalités.

Avec ses grands chantiers architecturaux, Paris devient la "capitale du luxe". S’y développe en effet une abondante production d’objets précieux. Paris est alors le cœur de ce que l’on nomme aujourd’hui le gothique rayonnant.

De l’autre côté des Alpes, à partir des années 1260, l’art toscan porte en germe le style de la Première Renaissance.
Dans la lignée d’artistes tels que Cimabue et Nicola Pisano, peintres et sculpteurs s’écartent des traditions byzantinisantes au profit d’un nouveau langage.

Or, si ces évolutions se développent d’abord en Toscane, elles puisent probablement leurs racines dans les nouvelles références philosophiques, théologiques, mathématiques ou littéraires diffusées au sein de l’Université de Paris.

Adresse

Musée du Louvre-Lens
99 Rue Paul Bert
62300 Lens

 

Tarifs

Jusque fin 2015, l'essentiel des lieux de découverte et de visite du musée du Louvre-Lens est gratuit.

A Voir

A proximité