Herb Ritts à la Maison Européenne de la Photographie, Paris

Du 07 septembre 2016 au 30 octobre 2016
  • Stephanie, Cindy, Christy, Tatjana, Naomi, Hollywood 1989

    Stephanie, Cindy, Christy, Tatjana, Naomi, Hollywood 1989

    © Herb Ritts Foundation

Herb Ritts à la Maison Européenne de la Photographie, Paris 5/7 rue de Fourcy 75004 paris fr

Les images d’Herb Ritts sont un miracle de légèreté et d’harmonie, la représentation d’un équilibre rare, mais qui s’imprime pour toujours sur le papier photo et passe par le dosage des éléments naturels, l’exaltation du corps, l’évidence de la lumière sur les visages.

Le monde idéal

En parcourant les unes après les autres les photos de Ritts, vous voyez le monde non pas tel qu’il se manifeste, mais tel que vous le voudriez, n’offrant que des journées parfaites, des ciels bleus, des corps lisses et des visages insouciants. 

On retrouve dans toutes ses photographies les éléments naturels dont se nourrissait son regard — le vent, la lumière et la terre de Californie, l’horizon à perte de vue, les espaces immenses — ainsi que les corps des modèles masculins et féminins, leurs regards, leurs vêtements.
Dans ses portraits, il semble réussir à se laisser porter par des forces intérieures que ses modèles n’expriment que devant son objectif. Là encore, il étudie le sujet qu’il a devant lui, puis joue avec lui de façon à la fois légère et décidée, renversant rôle public et vie privée, bousculant les stéréotypes ou revisitant les mythes cinématographiques.

De même que son travail sur les corps statuaires, les portraits de Ritts semblent inimitables, le produit à chaque fois d’une entente profonde, d’une affinité intellectuelle, souvent d’une relation d’amitié.

Madonna, Liz Taylor, William Burroughs...

Madonna s’en remit à lui pour la construction de son image multiforme et pour la photo de la pochette de True Blue. De même, Liz Taylor confia à son objectif toute la fragilité de son corps : sa tête blanche, presque toute rasée après son opération pour une tumeur au cerveau. Ou encore, le regard fixe de William Burroughs derrière ses lunettes à aimants, la joue de Dizzy Gillespie qui se gonfle sur un fond blanc. 

On peut assurément dire qu’Herb Ritts a changé la façon de considérer la photographie commerciale par rapport à la photographie artistique ou en tout cas à vocation de recherche.

Et pas seulement parce qu’il a introduit dans chacun de ses clichés une sensibilité tangible, un jeu intense et prenant, mais aussi parce qu’il a mené son travail avec une conscience profonde de la complexité du geste photographique, de sa valeur, de son sens et de son histoire.

Adresse

Maison Européenne de la Photographie (La MEP)
5/7 rue de Fourcy
75004 Paris

Tarifs

Plein tarif : 8 €
Tarif réduit : 4.50 €

A Voir

Agenda

A proximité