Les Masques de jade mayas à Paris

Du 26 janvier 2012 au 26 juin 2012
  • Récipient et couvercle à décor polychrome, Musée Fuerte de San Miguel, Campeche, 375-450 apr. J.-C

    Récipient et couvercle à décor polychrome, Musée Fuerte de San Miguel, Campeche, 375-450 apr. J.-C

    © Photo : Martirene Alcántara / INAH

Les Masques de jade mayas à Paris 75 Paris fr

La Pinacothèque de Paris poursuit son exploration des cultures précolombiennes et mésoaméricaines

Après le succès de l’exposition L’Or des Incas : origines et mystères, la Pinacothèque de Paris présente la découverte archéologique la plus importante de la dernière décennie au Mexique : les masques en mosaïque de jade. Ces masques exceptionnels, entièrement restaurés par les plus éminents spécialistes en archéologie maya, représentent les visages de la divinité. Créés pour les gouverneurs les plus prestigieux des cités perdues mayas, ils avaient pour mission d’assurer la vie éternelle à ces hauts dignitaires après leur mort.

On a découvert à ce jour une quinzaine de masques qui sont présentés pour la plupart à la Pinacothèque de Paris. Cet ensemble rarissime, que le Mexique accepte exceptionnellement de porter hors de ses frontières, sera exposé aux côtés d’une centaine d’oeuvres qui quittent le Mexique pour la première fois. La Pinacothèque propose ainsi une véritable plongée dans la cosmogonie sophistiquée et mystérieuse de cette culture millénaire.

Les Mayas avaient une prédilection pour la couleur verte. Le jade était pour eux le matériau le plus rare et le plus précieux. Chez les Incas en revanche, l’or constituait le métal divin par excellence. Apanage de l’élite, la pierre verte était aussi associée au sacré. De façon surprenante, les Mayas utilisaient ces pierres pour représenter l’une de leurs principales divinités, K’awiil, dieu du maïs, grâce auquel le souverain devient immortel. Les artistes mayas confectionnaient les masques à partir de tesselles de pierre verte et faisaient montre d’une grande virtuosité. Ils adaptaient la taille et la couleur des tesselles afin d’obtenir un grand naturalisme.

Durée

Du 26 janvier au 10 juin 2012

A Voir

A proximité