"Nicolas de Staël. Lumières du Nord. Lumières du Sud." au MuMa

Du 07 juin 2014 au 09 novembre 2014
  • Nicolas de Staël, Le Lavandou, 1952

    Nicolas de Staël, Le Lavandou, 1952

    © J.L.Losi © Adagp, Paris, 2014

  • Nicolas de Staël, Marine à Dieppe, 1952 collection privée, courtesy Galerie Applicat-Prazan

    Nicolas de Staël, Marine à Dieppe, 1952 collection privée, courtesy Galerie Applicat-Prazan

    © Photo Art Digital Studio / Adagp, Paris, 2014

"Nicolas de Staël. Lumières du Nord. Lumières du Sud." au MuMa 2 Boulevard Clemenceau 76600 Le Havre fr

Dédié à la lumière, ouvert sur la mer et haut lieu de la peinture moderne de paysage, le musée du Havre, aujourd'hui Musée d'art moderne André Malraux, a été conçu dans les années mêmes où Staël "retourne sur le motif" pour travailler en Ile-de-France, dans le Sud de la France, mais également en Normandie.

Nicolas de Staël réalise au cours d’une carrière fulgurante, entre 1942 et 1955, l’une des productions artistiques les plus libres et reconnues de l’après-guerre. Après une période abstraite, il évolue, au moment du triomphe des abstractions, vers une peinture qui renoue avec le réel, la nature et le paysage, dépassant l’opposition apparente entre abstraction et figuration.

Au terme de l’année 1951, où la réalisation de bois gravés pour Poèmes - le livre qu’il réalise avec René Char - accompagne une nouvelle conception de l’espace pictural, sa peinture s’ouvre pleinement aux lumières d’Ile-de-France, de Normandie, du Midi de la France ou de la Sicile.

Entre le début de l’année 1952 et mars 1955, le paysage représente un
peu plus de la moitié de l’ensemble des peintures réalisées par l’artiste, dont une majorité de marines. Les paysages de la Côte de la Manche ont été à l’origine d’une quarantaine de peintures réalisées en 1952.

Le paysage, pour Staël, ce n’est pas le pittoresque ou la description fidèle d’un site, mais avant tout la lumière et l’espace, les éléments. Il réalise des études peintes sur le motif, dessine également, à l’encre ou au feutre, à l’occasion de ses voyages, puis reprend les thèmes à l’atelier, dans un renouvellement formel continu, évoluant de peintures à la matière épaisse à des fluidités presque transparentes.

Cette exposition réunira plus de 130 œuvres (80 peintures et 50 dessins) réalisées entre 1951 et 1955. Un quart d'entre elles est inédit ou n'a jamais été exposé en Europe.

Tarifs

  • Plein Tarif : à partir de 9€ / Tarif réduit : à partir de 7€
  • Gratuité : - de 26 ans et chaque 1er samedi du mois

Related videos

 
 

Vidéos affiliées

 
 
 
 

A Voir

A proximité