Pâques aux Antilles françaises

Du 01 avril 2018 au 02 avril 2018
  • Anse Charpentier en Martinique

    Anse Charpentier en Martinique - © CMT / J-M Raggioli

    Anse Charpentier en Martinique

    Anse Charpentier en Martinique - © CMT / J-M Raggioli

Pâques aux Antilles françaises Antilles françaises fr

Contrairement aux coutumes religieuses de l’hexagone avec la chasse aux œufs des enfants et l’agneau pascal en déjeuner à Pâques, les Antilles françaises ont quant à elles leur propre tradition. Le dimanche et le lundi de Pâques, c’est le crabe qui est à l’honneur au grand désarroi des allergiques !

Du crabe oui… mais comment ?

Attention je ne vous parle pas de crabes congelés ou importés, mais belle et bien du crabe de terre que l’on nourrit des semaines à l’avance chez soi, à attendre ce jour sacré !

De son nom Matété (en Guadeloupe) ou Matoutou (en Martinique) de crabe, à base de crabe (bien évidemment) et de pâte à colombo, accompagné de riz… Je ne saurais décrire ce mélange de saveur unique et incomparable !

Mais à Pâques le crabe se mange sous toutes ses formes, en Calalou (soupe verte), en Dombré (boulettes de farine et d’eau cuites dans une sauce goûteuse) ou encore en crabe farci pour l’entrée. A la fin de la journée vous ne voudrez plus entendre parler de ces petites bêtes à pince, jusqu’à l’année d’après évidement. 

Et où se tient le rendez-vous ?

Le rituel se veut à la plage ou à la rivière, une connotation très religieuse pour symboliser le renouveau après avoir plongé dans l’eau… Dans l’île entière, les familles et les amis se regroupent autour de ce festin. 

C’est pourquoi il faut se lever tôt pour avoir les meilleures et grandes places, qui accueilleront toutes la marmaille.

Alors bonjour l’organisation ! Heureusement la préparation du crabe se fait dans la bonne humeur et surtout dans la tradition. Tout le monde met la main à la pâte, les petits observent leurs aînés pour apprendre et perpétuer cet héritage pour les générations futures.