Via Ferrata : une montagne de sensations

Par Philippe Bardiau | Publié le : 17 mai 2011
  • Via Ferrata

    Via Ferrata

    © ATOUT FRANCE/Hervé Le Gac

Via Ferrata : une montagne de sensations

Grimper en pleine paroi rocheuse sans pratiquer vraiment l'escalade, évoluer dans un monde vertical en profitant de parcours équipés d'échelles et câbles métalliques : voilà l'atout-maître des 140 "chemins du vertige" répartis dans les massifs français.

Ils sont plusieurs dizaines de milliers, de 7 à 77 ans, à explorer en famille ces itinéraires de "voies ferrées" (traduction littérale du terme italien), imaginés et développés depuis 20 ans, notamment dans les Alpes du Nord, les Alpes du Sud et les Pyrénées. L'accès est toujours libre et gratuit mais exige le sens des responsabilités.

A l'instar du canyoning ou du parapente, ce sport-nature "new generation" s'est imposé dans le programme des vacanciers actifs, sous conditions : être prudent et informé, bien préparé et équipé. Il s'agit aussi d'être encadré par un professionnel diplômé, un club reconnu ou un ami expérimenté pour l'apprentissage, pour tester au moins la première ascension.

Via Ferrata : accrochez-vous

La technique consiste à gravir des falaises en s'accrochant à des échelles solidement ancrées dans le rocher, tout en restant "assuré" (retenu) en permanence à un câble de sécurité... de manière très rigoureuse. Il faut donc un harnais-baudrier muni d'un ustensile essentiel (l'absorbeur de choc), deux longes (cordes spéciales) avec mousquetons, un casque et des chaussures de qualité. Il est surtout question de bien manipuler le matériel (souvent disponible en location auprès d'un magasin de sport spécialisé), de respecter les consignes et au mieux de s'encorder avec quelqu'un d'expérience pour doubler la sécurité, car le risque de chute existe (mais les accidents sont très marginaux).

Il s'agit encore de choisir un itinéraire à sa portée : un barème de difficulté ( 6 niveaux, de facile à extrêmement difficile) tient compte de la raideur et de la longueur du parcours ou encore de la taille des marches-échelons à franchir.

Gage supplémentaire de sensations fortes : le passage au-dessus du vide, en traversant un "pont de singe" ou une "passerelle népalaise" : de quoi se prendre vraiment pour un funambule.

Pour réussir sa sortie (demi-journée ou journée), il s'agit aussi de choisir le bon moment : éviter la chaleur dans une paroi orientée sud (même en altitude, le soleil frappe fort) et surtout ne pas partir par temps menaçant. En respectant tous ces paramètres, l'expérience de la Via ferrata restera inoubliable.

Idées de parcours Via Ferrata

 Le site de référence des passionnés, un mode d'emploi très complet. Pour s'informer, avoir tous les conseils et repérer toutes les Via ferrata de France.

  • Les Hautes-Alpes, une destination privilégiée
    Ce département compte pas moins de 25 itinéraires : un must ! Repères essentiels : le Pays des Ecrins, avec la première "via" française qui est née à Freissinières, la plus fréquentée qui est située dans la vallée voisine de Vallouise, la plus spectaculaire qui est ouverte à côté, dans les gorges de la Durance. Autre référence : le Briançonnais, avec la "via" la plus convoitée pour son ambiance et son panorama qui est l'Aiguillette du Lauzet, en amont de Serre-Chevalier. 
  • Savoie-Mont Blanc, une riche collection
    Avec près d'une quarantaine de parcours, les Alpes du Nord possèdent un superbe potentiel : du lac de la Rosière à Courchevel (Peu Difficile) au Rocher Saint-Pierre à Valloire (Très Difficile), de la Tour du Jalouvre au Grand Bornand (Très Difficile) à la gamme des parcours "spécialement adaptés aux enfants" des forts d'Aussois, en Haute-Maurienne.

Bon à savoir

On trouve aussi de beaux itinéraires en Corse ou dans les Pyrénées, avec notamment les Allias, à Cauterets.

Tous les bureaux des guides de montagne (une cinquantaine en France) et de nombreux moniteurs d'escalade brevetés peuvent proposer une sortie "via ferrata".

Related videos

 
 

Vidéos affiliées