Le Naturisme, une volonté Ecolo

Publié le : 31 mai 2011
Le Naturisme, une volonté Ecolo fr

Tout naturiste qui se respecte construit sa philosophie de vie sur trois piliers : le respect de soi et des autres, la nudité en collectivité mais aussi le respect de l’environnement.

Au-delà de simples piliers, il s’agit de conceptions qui sont enseignées aux enfants, une façon de rendre pérenne l’entretien et le respect de la nature.

« La nudité est naturelle »

Le naturiste a ce désir de retour à la nature originelle, une telle volonté implique nécessairement le respect et la protection de l’environnement.

La définition de la Fédération Française de Naturisme témoigne de cette veine écologique : « Le naturisme est une manière de vivre en harmonie avec la nature, caractérisée par la pratique de la nudité en commun, qui a pour but de favoriser le respect de soi-même, le respect des autres et le soin pour l'environnement».
Le naturisme pourrait donc s’apparenter à une forme d’écologie à part entière.
Comme dans beaucoup de définitions vous trouverez ceci : « Dans le mot naturiste, il y a nature… ».
Mais la veine écologique ou bio comme certains veulent l’appeler, c’est plus qu’une simple définition pour les naturistes.

Les initiatives écologiques semblent plus nombreuses chez les naturistes que chez les « textiles ».

La Fédération Française de Naturisme est partenaire de la Fondation pour l’Education à l’Environnement.
Des labels « Clé verte » sont décernés aux lieux touristiques les plus respectueux de l’environnement qu’il s’agisse de la gestion de l’eau, des énergies, des détritus mais aussi de l’éducation à l’environnement par notes et affiches.
Sans surprises les sites touristiques naturistes sont assez largement décorés de ce label.

Un lien étroit avec la nature est alors tissé, dès lors que l’homme se décide à revenir aux sources de la vie, à la nature. Presque nécessairement, un comportement écologique naît en chaque naturiste qui se respecte.

Julien, 24 ans est naturiste depuis cinq ans. L’envie est venue naturellement à l’adolescence.

Pour lui, un naturiste « engagé » pense que la protection de la nature est primordiale.
« Etre naturiste inclus pour tout le monde d'être plus ou moins écolo même s'il y a certaines exceptions comme partout ». Mais sa vision naturiste et écolo n’engage que lui, dans une démarche d’acceptation, de découverte du monde et de soi même.

« Je me pose sérieusement la question du bio et du végétarisme, j'ai d’ailleurs travaillé dans une maison d'édition spécialisé dans le développement durable mais mon avis penche plus vers la décroissance et la simplicité volontaire. Je prends l'écologie dans un sens beaucoup plus large, "l'écologie de soi", notre propre nature. Ne parler que d'environnement c'est se séparer du reste, de le tenir pour étranger à soi même.

Je ne fais rien de vraiment visible ou d'ostentatoire pour l'écologie au sens restreint où on l'entend habituellement. Je ne participe pas aux actions et manifestations de masse, je fais mon petit bonhomme de chemin dans mon coin à mon rythme, sans rien n’imposer à personne. Comme j'habite dans une grande ville je me déplace le plus souvent à pied ou en transport en commun lorsque je dois faire de longs trajets. Je vais au marché, ça évite l'utilisation de sacs plastiques et c'est beaucoup plus humain que les grandes surfaces.

Certains disent que l'on est liés à la nature, moi je dis qu'on "est la nature".

Le naturisme n'est pas qu'un simple retour à la nature, c'est un retour à soi. Se déshabiller est l'occasion de se demander qui l'on est, ou même ce que l'on est. Mon naturisme est un retour à la nature avec un grand N, comprenant soi-même. J'ai l'impression petit à petit de toucher un peu plus au vrai...la quête de toute une vie…»

Plus d'informations