Un Belge amoureux du terroir en Touraine

Un Belge amoureux du terroir en Touraine

Vincent, cuisinier de campagneUn Belge amoureux du terroir en Touraine

Au détour de routes bordées de vignes, dans le charmant village d’Ingrandes-de-Touraine niché au cœur du Val de Loire se cache une cuisine où le chef sublime la gastronomie française avec « local » pour seul mot d’ordre, même s’il le prononce avec l’accent du pays de Herve (province de Liège). Rencontre avec Vincent Simon (46 ans), chef belge du restaurant Vincent cuisinier de campagne.

Vincent cuisinier campagne

Vous avez quitté votre Belgique natale il y a trois ans.
Pourquoi avez-vous choisi de vous installer en France ?

Mon épouse et moi avons tenu un restaurant en Belgique durant une vingtaine d’années. L’entreprise était florissante mais il nous manquait l’essentiel : une cuisine à taille humaine, proche du monde agricole. Nous tenions à travailler avec du circuit court, en valorisant les acteurs régionaux, un travail beaucoup plus facile à entreprendre en France où vous trouvez des agriculteurs qui vendent encore fièrement leurs productions sur les marchés. Ici, l’histoire et la qualité des produits sont telles qu’elles ne pourront jamais être remises en cause.

Vincent cuisinier campagne
  • « Etre cuisinier ici, c’est le paradis. »

Vous avez donc choisi de vous établir en France,
et plus particulièrement en Touraine. Pourquoi ce choix ?

On dit toujours que la vallée de la Loire est le jardin de la France mais je ne suis pas tout à fait d’accord… Pour moi, ce sont LES jardins de la France ! Il n’y a pas un produit emblématique mais au contraire une variété de productions locales comme les fromages de chèvre, les volailles, les bovins, la viticulture, le maraichage, les producteurs de graines, les pêcheurs de Loire, les laiteries,… La seule chose qui manque c’est l’eau minérale, mais peu de gens s’en plaignent ! Pour faire simple : être cuisinier ici, c’est le paradis.

Vincent cuisinier campagne

Ce paradis français impacte-t-il votre cuisine ?

Nous proposons un menu « zéro kilomètre », composé sans sortir du département de l’Indre-et-Loire. Au gré des saisons, nous cuisinons des poissons des pêcheurs de Loire, de la réglisse du pays de Bourgueil, de l’ail des ours quand vient le printemps ou encore des asperges du village.

Pouvez-vous nous parler de votre établissement ?
On imagine que le cadre est forcément différent de ce que vous avez connu en Belgique…

Oui, nous avons eu la chance de trouver une propriété datant de 1640, terre viticole du cardinal de Richelieu où nous avons lâché 250 poules et coqs qui y travaillent comme désherbants naturels. Au chant du coq, nos hôtes mangent donc les pieds dans les vignes et y dégustent le vin du patron, le vrai puisque nous produisons notre vin rouge d’origine Bourgueil non filtré et non sulfité.

Vincent cuisinier campagne
  • « La Touraine est une région où entreprendre est un plaisir, et où l’agriculture à taille humaine est bien vivante »

Quels sont vos conseils pour découvrir la région ?

Les châteaux de la Loire sont une étape obligatoire, les plus emblématiques mais aussi ceux moins connus comme celui de Langeais où une équipe dynamique propose des visites décalées. Je conseille aussi une balade en bateau d’époque sur la Loire suivie d’un pique-nique, pourquoi pas dans le tonneau aménagé au cœur de nos vignes !

Avez-vous d’autres projets en tête ?

Nous cuisinons pour une quinzaine de couverts, ce qui nous permet d’entreprendre d’autres activités comme l’organisation d’activités oenotouristiques avec des viticulteurs locaux. Et, cette année, nous ouvrons une ferme collaborative visant à aider de jeunes agriculteurs en production de volaille. Nous créons un abattoir et une conserverie pour faire voyager nos produits et, d’ici deux ou trois ans, nous ouvrirons une boulangerie de campagne. Tout ça prouve que la Touraine est une région où entreprendre est un plaisir, et où l’agriculture à taille humaine est bien vivante !

Vincent Simon, cuisinier de campagnesite web