La Bûche de Noël

  • Dessert traditionnel de Noël, la bûche prend diverses formes, différents goûts.

    Dessert traditionnel de Noël, la bûche prend diverses formes, différents goûts.

    © Vincent Bousserez/Plaza Athénée

  • La bûche de Noël

    La bûche de Noël

    © AGfoto/Shutterstock

  • La couronne à croquer Gaëtan Fiard, sous-chef pâtissier du restaurant du Fouquet's Barrière, Le Diane

    La couronne à croquer Gaëtan Fiard, sous-chef pâtissier du restaurant du Fouquet's Barrière, Le Diane

    © All rights reserved

La Bûche de Noël 75000 Paris fr

Autrefois, toute la famille se réunissait devant la cheminée pour la veillée de Noël. Les enfants chantaient des refrains de Noël et écoutaient des histoires racontées par les grands-parents, tandis qu'une énorme bûche se consumait dans l'âtre.

Elle était choisie dans un bois très dur, pour brûler au moins toute la nuit. Décorée de feuillages et de rubans, elle était allumée par le plus jeune et le plus âgé, après avoir été bénie par le chef de famille avec de l'huile ou de l'eau-de-vie, parfois avec un rameau trempé dans de l'eau bénite...

Protéger la maison de la foudre

Les cendres de cette bûche étaient ensuite conservées, car on leur attribuait la propriété de protéger la maison de la foudre et du Diable pendant l'année à venir.

Cette coutume, remontant au XIIe siècle, avait cours dans la plupart des pays européens, ainsi qu'au Québec.

  • En Italie, la bûche était appelée ceppo.
  • En Angleterre, elle se nomme la Yule Log.

Cette tradition aurait disparu à la fin du XIXe siècle avec les grands âtres, progressivement remplacés par des poêles de fonte. Une petite bûche remplaça alors le gros rondin de bois. Parfois parée de chandelles et de verdure, on la plaçait au centre de la table de Noël comme décoration.

De la bûche... au gâteau

Aujourd'hui, la bûche de Noël est symbolisée par un gâteau, qui doit ressembler à celle qui brûlait jadis dans la cheminée pour le réveillon.

Elle prend donc la couleur du bois, couverte de chocolat ou de crème au café. Gâteau roulé, garni de crème pâtissière ou de crème au beurre, sa coupe rappelle aussi celle du bois.

On la saupoudre de sucre glace qui figure le givre et on la décore de petits bûcherons et de petits champignons en meringue. On peut aussi la manger glacée.

Typiquement français

Ce dessert typiquement français est né à Paris, à la fin du XIXe, dans les fourneaux de l'historien et pâtissier Pierre Lacam.

Les vins demi-secs ou les moelleux sont recommandés pour l'accompagner, par exemple un vin doux naturel, fort en alcool, ou un Muscat se marient particulièrement bien aux saveurs de noisette et d'amande.

 

 

A Voir

Agenda

A proximité