Les climats de Bourgogne, modèle viticole récompensé par l’UNESCO

  • Clos Vougeot

    Clos Vougeot

    © Bourgogne Tourisme / Alain Doire

  • Hôtel Dieu des Hospices Civils de Beaune

    Hôtel Dieu des Hospices Civils de Beaune

    © Stock photo © nikitje

  • La Confrérie des Chevaliers du Tastevin défile lors de la Saint Vincent

    La Confrérie des Chevaliers du Tastevin défile lors de la Saint Vincent

    © BIVB / DR

  • Place de la Libération à Dijon

    Place de la Libération à Dijon

    © Office de Tourisme de Dijon - Atelier Dumoulin

Les climats de Bourgogne, modèle viticole récompensé par l’UNESCO 11 rue des Forges 21000 Dijon fr

Les vins de Bourgogne sont universellement connus : Gevrey chambertin, Pommard, Meursaut, tous issus d’un territoire unique au monde aux multiples variantes. On les appelle les climats de Bourgogne, qui ont obtenu, en 2015, l’honneur de figurer sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

« En Bourgogne quand on parle de climat, on ne lève pas les yeux au ciel, on les baisse. » 

Un célèbre journaliste français (Bernard Pivot) a parfaitement défini ces 1247 parcelles de vignes qui s’étendent sur les côtes de Nuits-Saint-Georges et de Beaune.

Terme spécifiquement bourguignon datant du XVIe siècle, le climat est, en réalité, un terroir associant le cépage, la parcelle de terre et le savoir faire-utilisé par les vignerons de l’endroit. Sur 60 km, de micro territoires forment ainsi une mosaïque produisant des vins aux caractéristiques variées définies par :


  •  la nature des sols,
  •  l’exposition au soleil,
  •  l’altitude
  •  la pente,
  •  le cépage.

Traditions millénaires

Au fil des 2000 ans d’histoire, la géologie et l’exposition des lieux ont crée des sites aux identités marquées. Les hommes et la nature ont conjugué leurs efforts pour sans cesse améliorer les produits et édifier des constructions historiques assorties de solides traditions festives.


Un patrimoine bâti

Le calcaire, présent dans le sol, contribue ainsi à façonner les paysages, les villes et les villages. Les plus beaux exemples ? Le style si particulier des Hospices Civils de Beaune ou celui, grandiose, du palais des États de Bourgogne à Dijon.

 

Le travail des hommes

Chaque vin, issu d’un climat, possède ses propres particularités dans la hiérarchie des crus de Bourgogne. Et le travail des hommes n’y est pas non plus étranger.

De quels hommes parlons-nous ? Des moines cistercien et clunisien, premiers producteurs de vins, auxquels nous devons les traditions monastiques, qui cadencent la vie viticole.

 

Des traditions qui perdurent

Ainsi, depuis des siècles, de nombreux événements festifs jalonnent le calendrier. Connue mondialement, la vente des Hospices de Beaune ou la Saint Vincent (au XIXe siècle, cette fête viticole célébrait la solidarité entre villages voisins) sont autant d’événements gravés dans le socle des traditions de Bourgogne.

 

Des noms mystérieux

Ici, chaque climat porte un nom, parfois empreint de mystère remontant au Moyen Âge. Cette dénomination est aussi le reflet des lieux, du sol, de l’exposition. Ainsi, « Romanée » raconte la proximité d’une ancienne voie romaine. « Montrachet », traduit, quant à lui, le manque de végétation au sommet de la colline. 

 

Un modèle pour le monde viticole

Dans le monde, le vignoble de Bourgogne se singularise par cette volonté de lier le vin à son terroir. Son inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO est d’autant plus justifiée que la Bourgogne - qui ne fabrique que 3 % de la production mondiale - est devenue un modèle de viticulture de terroir, copié par de nombreuses terres de vin dans le monde entier, comme la Nouvelle-Zélande. 

Related videos

 
 

Vidéos affiliées

 
 
 
 

A Voir

A proximité