La crèche de Noël

  • © Santons Vouriot

La crèche de Noël

Il semble que la crèche soit fort ancienne, on accorde son invention à Saint François d’Assise au XIIIème siècle, qui fit représenter dans une étable abandonnée le jeu de la Nativité par des personnages et des animaux vivants.Avec la Révolution, l’usage naquit de faire une crèche dans chaque foyer et cette belle tradition provençale ne tarda pas à gagner toutes les régions de France. 

La crèche authentique est en fait une représentation idéale du village où chacun a sa place y compris les animaux domestiques.

En Provence, le décor est une projection, en 2 parties, de la vie communautaire avec ses maisons, son puits, son four, l’eau du moulin, la neige, les pins, les oliviers et... le ciel illuminé....et une étable avec l’enfant Jésus, la Vierge Marie, Joseph, l’âne et le bœuf, l’étoile à queue de comète qui guidera plus tard les Rois Mages, et la foule qui vient leur rendre visite.

C’est un moment important de la vie familiale en Provence où le santon se transmet de père en fils, le santon… du provençal "santoun" qui signifie "petit saint".

Tous les santons sont issus d’un moule original représentant de multiples personnages populaires provençaux que le santonnier laisse sécher avant de les vernir.
Il fabrique ensuite un moule en plâtre, plus rarement en résine. Le santon est ensuite ébarbé au socle et dans son pourtour avant une deuxième pression à la main sur le moule : on le laisse sécher à l’ombre puis on l’ébarbe à nouveau une fois sec.On peint à la gouache les couleurs les plus claires, donc le visage, puis les plus foncées.
Le premier santon est d’origine marseillaise, le moule le plus ancien étant celui de Lagnel. Il est présenté au musée du Vieux Marseille (maison Diamantée).

Il existe, en gros, 3 tailles de santon : le santon puce haut de 1 à 3 cm environ, le santon traditionnel de la hauteur d’un pouce et le grand santon qui peut atteindre 18 à 20 cm.
Certains d’entre eux peuvent être habillés. Ils sont alors généralement de grande taille.
Chaque santonnier est créé en s’inspirant du folklore et de la tradition comme le berger offrant l’agneau, rappel du partage, et de la femme à la poule noire dont le bouillon était recommandé aux nouveau-nés.
 
Ainsi, on retrouvera parmi ces silhouettes tous les petits métiers du siècle dernier, en tout une cinquantaine aux noms tellement évocateurs !

  • Roustido, la sympathique bourgeoise au parapluie rouge tenu par son mari.
  • Bartomiou, incorrigible ivrogne, coiffé d’un long bonnet de coton qui présente à l’Enfant Jésus une morue plate et sèche.
  • Pistachié, le grand dadais qui conduit un âne chargé de sacs de blé.
  • Lou Ravi, qui lève les bras au ciel, en signe d’admiration,.
  • Le boulanger et son panier de fougasses.
  • Et la marchande d’ail, la poissonnière, les valets de ferme portant lanternes, le pêcheur et son filet sur l’épaule, les adorants (personnages à genoux), etc.

Tous ces personnages entourent l’enfant Jésus, Marie, Joseph, les Rois Mages sont mis en place le 6 janvier lors de l’épiphanie et l’on « défait » la crèche le jour de la chandeleur le 2 février.

Plus d'informations