La France au fil de l’eau

  • Détente au soleil sur les bords de Seine et visite de Paris à bord d’un bateau mouche.

    Détente au soleil sur les bords de Seine et visite de Paris à bord d’un bateau mouche.

    © Atout France/Michel Angot

  • Enjambant la Moselle, le Moyen-Pont de Metz et le Temple Neuf, temple protestant construit entre 1901 et 1904.

    Enjambant la Moselle, le Moyen-Pont de Metz et le Temple Neuf, temple protestant construit entre 1901 et 1904.

    © Atout France/Michel Laurent/ CRT Lorraine

  • Le bar-discothèque " Le Rafiot " est abrité dans une péniche bleue amarrée le long du Quai des Pêcheurs à Strasbourg

    Le bar-discothèque " Le Rafiot " est abrité dans une péniche bleue amarrée le long du Quai des Pêcheurs à Strasbourg

    © Atout France/Pierre Torset

La France au fil de l’eau

Immenses et disparates, les 8500 km du réseau Français unissent les cinq principaux fleuves de l’hexagone (Seine, Loire, Garonne, Rhône et Rhin) par une série de canaux de jonction parfaitement praticables.

A bord d’une pénichette, la vie s’étire lentement, jamais à plus de 10 km/h, au point que les passagers en oublient rapidement montres et portables. A ce rythme, ils peuvent se délasser, lire, bronzer, préparer tranquillement les repas, faire une partie de cartes.

Les amoureux de la nature ne se lassent pas du calme des rives sauvages du Doubs. Ils aiment déambuler en barque à fond plat dans le labyrinthe liquide du marais Poitevin, au nord de La Rochelle, ou surprendre flamants roses et chevaux sauvages en Camargue, dans les Bouches-du-Rhône.

A Amiens... Ils s’étonnent de l’enchevêtrement des canaux autour des « hortillonnages ». Créés par les Romains, il y a deux mille ans, dans les bras marécageux de la Somme, ces lopins de terre cultivés donnent encore trois récoltes par an.

Vues de l’eau, les villes acquièrent une singulière majesté. Véritable avenue, la Seine ordonne de façon magistrale les plus prestigieux monuments de Paris (Notre-Dame, le Louvre, la Tour Eiffel…) de part et d’autre de son sillon liquide.

A Strasbourg... Le quartier de la « Petite France », parcouru par un lacis de canaux, a conservé ses ponts couverts médiévaux et ses maisons à colombages ornées de géraniums.

Une journée de plaisanciers est rythmée par les passages d’écluses. Les apprentis mariniers tentent de ne pas heurter le bateau contre les bajoyers (les parois de l’écluse). Les plus expérimentés profitent de l’occasion pour parler avec l’éclusier de l’évolution récente de la batellerie.
Une fois à terre, le plaisancier se reconvertit en touriste ordinaire, surtout s’il a pris soin d’emporter un vélo. Certains se contentent de visiter l’église du village, faire leurs courses, ou tout simplement discuter, marcher, pédaler, flâner à proximité immédiate de l’embarcation.


D’autres s’éloignent et vont admirer le retable d’Issenheim, au musée de Colmar se recueillir à l’abbaye cistercienne de Fontenay ou découvrir les cités médiévales d’Aigues-Mortes et de Carcassonne.