Gaultier parle de... Gaultier

  • Jean-Paul Gaultier

    Jean-Paul Gaultier

    © R. Torrado

Gaultier parle de... Gaultier fr

Depuis les années 70, le designer français Jean-Paul Gaultier secoue le monde de la mode. Il Invente aussi des fragrances pour femme, connus dans le monde entier, et crée en 1990 le célèbre soutien-gorge conique, porté par Madonna.Celui qui avoue une passion pour les marins et symbolise l’audace et l’innovation à la française nous parle de son parcours.

Vous avez produit un film publicitaire intitulé «On the Docks» afin de promouvoir vos parfums vedettes «Le Male» et «Classique» destinés respectivement aux hommes et aux femmes. Ce film parle d’une histoire d’amour entre un homme et une femme sur les quais d’un port. En quoi ce lieu est-il évocateur ?

Les marins font partie de l’univers de mon parfum «Le Male», iI est donc normal que ce film se déroule sur un bateau. Querelle de Brest, La nouvelle de Jean Genet, reste aussi une de mes références littéraires. Et ma première collection masculine «The Object of Man» présente des marins en chemises sans manches. C’est vrai que, pour moi, le marin incarne la masculinité. À travers ce film, je souhaitais mettre en scène une histoire d’amour entre 2 amants, «Le Male» et «Classique», qui se rencontrent, s’aiment et se séparent pour se retrouver autour du thème du désir.

Dans les années 90, à l’occasion de l’un de vos défilés, vous présentiez uniquement des mannequins de couleur. Que pensez-vous de la controverse actuelle selon laquelle les mannequins noirs seraient faiblement représentés dans la haute couture ? Aimeriez-vous voir plus de mannequins de couleur ?

J’ai toujours voulu montrer la beauté sous ses différentes formes. Depuis toujours, je recherche des modèles avec de la force et de la personnalité avant tout. La couleur de peau n’est pas un critère.

Comment avez-vous vécu votre rupture avec la maison Hermès en 2011, alors que vous étiez son directeur artistique depuis 7 ans ? Cette collaboration vous manque-t-elle ?

Comme dans toutes les histoires d’amour il y a un début et une fin. Je conserve d’excellents souvenirs de ces 7 années de collaboration mais elles ne me manquent pas.

Par comparaison avec l’époque de vos débuts, pensez-vous qu’aujourd’hui l’industrie de la mode a perdu son sens de l’humour et sa créativité ?
L’influence des grands groupes corporatifs et l’avènement de la «mode rapide» a changé la donne de cette industrie. La créativité est l’unique solution pour lutter contre la crise économique actuelle.

À 62 ans, quels sont vos projets ?
Je possède toujours ma maison de couture et je prépare mon prochain défilé de mode. Un jour, je ralentirai mes activités mais je ne me suis pas fixé de date.