Les grandes institutions de la gastronomie française

  • La boutique Ladurée sur les Champs Elysées à Paris

    La boutique Ladurée sur les Champs Elysées à Paris

    © Ladurée

  • Produits Hédiard

    Produits Hédiard

    © Hédiard/Thierry Malty

  • Comptoir Mariage Frères

    Comptoir Mariage Frères

    © Mariage Frères

  • Fauchon, Place de la Madeleine à Paris

    Fauchon, Place de la Madeleine à Paris

    © Fauchon

Les grandes institutions de la gastronomie française

Les institutions de la gastronomie française

Figures de proue de la gastronomie française, ces pâtisseries, traiteurs et épiceries fines attirent les gourmets, ravis de s’offrir des produits d’exception dans des boutiques qui valent à elles seules une visite. 

Ladurée, « fabricant de douceurs »

C’est en 1862 que Louis Ernest Ladurée crée une boulangerie à Paris au 16 rue Royale. Quelques années plus tard, son épouse imagine un lieu entre café parisien et pâtisserie, créant ainsi l’un des premiers salons de thé de la capitale. Les célèbres macarons Ladurée, quant à eux, apparaissent au milieu du XXème siècle.

La Maison Dalloyau, un héritage gastronomique royal

Avec une expérience de plus de 300 ans dans la création de pâtisseries, chocolats et mets cuisinés, Dalloyau est une histoire de famille transmise de génération en génération. La plus célèbre de ses boutiques se trouve Maison du Faubourg, mais il existe également 38 boutiques et corners en France et à l’étranger. En 2007, la Maison a obtenu le titre d’« Entreprise du Patrimoine Vivant », pour son savoir-faire rare et sa renommée.

Mariage Frères, l’art français du thé

Il était une fois deux frères, Édouard et Henri Mariage, héritiers d’une longue dynastie de négociants au long cours. Le 1er juin 1854, ils fondent à Paris la maison qui porte leur nom, donnant naissance à une véritable école française du thé. Après avoir inauguré son premier salon de thé en 1986, la Maison Mariage Frères vous convie à ses ateliers de découverte du thé et de dégustation, les « Tea clubs ».

Fauchon : le luxe, la modernité et l’origine France

Débarqué à Paris de sa Normandie natale au début des années 1880, Auguste Fauchon ouvre en 1886 sa première épicerie. Une pâtisserie, une boulangerie et le Grand salon de thé investissent à leur tour la place de la Madeleine. « Made in F, Made in Fauchon, Made in France », tel est désormais le crédo de la Maison dont la boutique du 30 place de la Madeleine a été totalement redesignée par Christian Biecher en 2007.

Lenôtre, savoir-faire et culture du goût

Fondée en 1957 par Gaston et Colette Lenôtre, la maison Lenôtre propose à l'époque une pâtisserie et une cuisine raffinées. Progressivement, elle devient également chocolatier, confiseur, organisateur de réceptions, traiteur... Ses écoles de cuisine et de pâtisserie accueillent professionnels et amateurs gastronomes du monde entier au Pavillon Elysée Lenôtre à Paris. 

Hédiard, découvreur de saveurs

En 1848, Ferdinand Hédiard découvre les fruits exotiques sur le port du Havre. Deux ans plus tard, il installe sa charrette remplie de ces fruits tropicaux sur la Place des Victoires à Paris. Le succès lui permet d’ouvrir en 1854 sa première boutique, Le Comptoir des Epices et des Colonies. Depuis 1870, le vaisseau amiral d’Hédiard se situe au 21 place de la Madeleine. L’enseigne a reçu en 2007 le label d’Entreprise du Patrimoine vivant.

La Grande Epicerie de Paris, l’esprit Rive Gauche

Vous voulez avant tout vous faire plaisir en faisant vos courses ? Direction la Grande Epicerie, le temple de l’hédonisme Rive Gauche à Paris. Créée en 1923 par le Bon Marché, le « Comptoir de l’Alimentation » propose alors les meilleurs thés et conserves fines. Aujourd’hui, 30 000 produits sont référencés à la Grande Epicerie, des confitures au Champagne au sel de Guérande à la truffe en passant par les eaux régionalistes comme celle des Abatilles à Arcachon... 

Baillardran, spécialiste du cannelé de Bordeaux

Au XVIIIème siècle, les religieuses du couvent des Annonciades récoltaient la farine dans les cales des bateaux du port de Bordeaux afin de confectionner de petits gâteaux pour les plus démunis de la ville. En 1987, Philippe Baillardran, pâtissier de formation, ressuscite ces gâteaux cuits dans de petits moules en cuivre cannelés – d’où leur nom – et en fait son commerce exclusif.

Related videos

 
 

Vidéos affiliées