Histoire et traditions à La Réunion

  • Groupe de Maloya à La Réunion

    Groupe de Maloya à La Réunion

    © IRT/ Emmannuel Virin

  • Volcan à La Réunion

    Volcan à La Réunion

    © IRT/Serge Gélabert

  • Champs de canne à sucre dans le Sud de la Réunion

    Champs de canne à sucre dans le Sud de la Réunion

    © IRT/ Emmannuel Virin

  • Pagode chinoise - Ile de la Réunion

    Pagode chinoise - Ile de la Réunion

    © IRT/ Emmannuel Virin

Histoire et traditions à La Réunion Saint-Denis re

En 1642, le comptoir de la Compagnie des Indes et les repères de corsaires vont donner vie à cette montagne volcanique surgie de l’océan Indien.

La canne à sucre va ensuite façonner le visage de l’île Bourbon.

A Piton Saint-Leu, Stella Matutina, ancienne raffinerie de sucre, raconte la production agricole qui fit la fortune de familles coloniales et le labeur des esclaves. A Saint Gilles-les-Hauts, le domaine de Panon-Debassayns évoque le destin d’une dynastie et les outrages de l’esclavage.

En 1848, le Commissaire de la République Sarda-Garriga, qui sera ensuite nommé directeur du bagne de Cayenne, annonce la fin du système esclavagiste, libérant ainsi les 2/3 de la population. Mais déjà, de nombreux « noirs-marrons » s’étaient enfuis dans la montagne inaccessible, créant de petits villages de paysans accrochés à la pente raide.

Si l’île de La Réunion est principalement catholique, les coutumes de la communauté hindoue sont assez présentes. A Saint-André, en novembre, Dipavali, la fête des lumières, souligne la présence d’une communauté tamoule et indienne, venue plus récemment d’Inde et du Sri Lanka.

Côté musique, le Maloya vient du mot malgache " maloy aho " qui signifie parler. Il est, avec le Séga, l’un des deux genres musicaux majeurs de l’île de La Réunion. Depuis le 1er octobre 2009, le Maloya est classé au patrimoine culturel immatériel de l'humanité par l'Unesco. Alors que le Séga, essentiellement musique de danse festive, se danse dans tous les quartiers de l'île, le Maloya demeure un chant de douleur et de révolte, à la frontière du culte ancestral.