Les Chemins de Compostelle

Les Chemins de Compostelle


Classées au Patrimoine mondial par l'Unesco et Itinéraires culturels Européens, ces voies de pélerinage font référence pour leur signification spirituelle et leur exceptionnelle collection de sites historiques.
Ce pèlerinage à pied sur des centaines de kilomètres s’est développé et imposé comme l'un des plus importants dès le XI ème siècle. Il s'agit certes de rejoindre un site sacré espagnol mais les 4 itinéraires historiques, spirituels et symboliques, arpentent surtout les territoires de France, déjà riches en sanctuaires majeurs du catholicisme.

Quatre itinéraires historiques en France :

Ces chemins de randonnée au long cours sont :
(NB : distances totales des parcours français)
- la Via Turonensis (885 km), qui part de Tours (des variantes existent depuis le Mont-Saint-Michel et Paris)
- la Via Lemovicensis, qui part de Vézelay (800 km)
- la Via Tolosona, qui part d’Arles (525 km)
- la Via Podiensis, qui part du Puy-en-Velay (730 km) et qui possède le plus d'attrait.

Des extensions se développent (depuis Namurs en Belgique, Genève en Suisse ou Rome en Italie). Des itinéraires secondaires (la voie du Piémont Pyrénéen pour la voie d'Arles ou la Route des Anglais pour la Voie de Tours) sont aussi parcourus.

Trois des grands axes se rejoignent à Saint-Jean-Pied-de-Port (Pays Basque), pour franchir les Pyrénées et la frontière au col de Roncevaux, point culminant des parcours, à seulement 1.057 m d'altitude. Quant à la Via Tolonosa, elle passe par le col du Somport (1632 m), en Béarn.
Au-delà, le tracé principal est dit "Camino Francès" et mène en Galice, via Pampelune.

La Via Podiensis, alias GR 65

La voie du Puy-en-Velay est la préférée des randonneurs et correspond maintenant au balisage du sentier GR 65. Sa notoriété tient au florilège des édifices et sites remarquables, en traversant le Cantal, l’Aveyron, le Périgord, le Gers et le Pays Basque notamment. Parmi ses étapes-clés : l’abbaye de Conques, le bourg médiéval de Figeac, la ville de Cahors ou le sanctuaire de Rocamadour, etc.
Les autres voies possèdent également des centres d’intérêt (églises romanes en Poitou et Saintonge…) mais les itinéraires manquent parfois d’entretien et comptent des passages sur routes. 
Suivre quelques étapes d'un chemin jacquaire "en autonomie" (à raison de cinq heures par jour et 20 km de moyenne, sans difficulté technique) est aisé à organiser (d'avril à octobre), tant la documentation-cartographie est abondante et les hébergements dédiés sont nombreux (réseau de gîtes, chambres d’hôtes et hôtels). Il faut juste prévoir un équipement personnel bien adapté et supporter un sac à dos plein.

Traditions et symboles

- Le pèlerin vers Compostelle est surnommé le Jacquet. Son « costume historique » comprend traditionnellement la pèlerine (grande cape) et le bourdon (grand bâton au bout ferré).
- Autre élément de reconnaissance : le balisage des chemins est identifié par une coquille Saint-Jacques, qui se ramasse en souvenir sur les plages de Galice, non loin de la ville sanctuaire espagnole. Aujourd'hui, c'est un logo stylisé (jaune et bleu).
- Le balisage avec le logo-coquille est souvent doublé par la marque GR (R) (grande randonnée) formée par un double trait rouge et blanc.
- Le Credencial est une sorte de passeport qui identifie le Jacquet auprès du réseau des hébergeurs. Il a seulement une valeur morale et symbolique. Il est délivré par l’ACIR (organisme institutionnel).
- Le Compostella est un certificat délivré au randonneur émérite qui atteint la basilique de Saint-Jacques de Compostelle en ayant réalisé au moins les cent derniers kilomètres du parcours (côté espagnol).

Les sites internet pour s'informer

L’ACIR (association de coopération inter-régionale, basée à Toulouse)
Elle fédère les comités du tourisme d'Aquitaine et de Midi-Pyrénées et des associations. Elle anime des rendez-vous culturels et expositions tout au long des Chemins de Compostelle  Elle recense tout le patrimoine dédié  (monuments, musées comme à Peyrehorade ou Saint-Palais), etc.

La Fondation David Parou / Saint-Jacques

Elle réunit des historiens passionnés et l'Institut Européen des itinéraires culturels

L'Institut Européen des itinéraires culturels

Il consacre aussi le statut des Chemins de Compostelle.

Des associations :
- L’association des Amis de Saint-Jacques : en Rhône-Alpes, dans les Pyrénées Atlantiques
- Une association plutôt orientée sur l’aspect spirituel

Des comités régionaux du Tourisme :
- CRT Aquitaine
Tel : +33 (0) 5 56 01 70 00              +33 (0) 5 56 01 70 00     
- CRT Midi-Pyrénées
Tel : +33 (0) 5 61 13 55 48              +33 (0) 5 61 13 55 48     

Quelques sites majeurs : splendeurs du patrimoine

Le Puy-en-Velay  (Haute-Loire)
La ville sanctuaire compte plusieurs joyaux d'exception.
- La cathédrale romane construite d'abord entre le XI ème et XII ème siècle, et partiellement rebâtie à l'identique (aujourd'hui basilique), présente un étonnant style oriental (influence des croisades, peut-être) mais aussi une allure spectaculaire avec ses grands escaliers et ses piliers énormes rectifiant la pente du terrain. Outre son rôle de point de départ d'un chemin jacquaire, elle abrite aussi une fameuse statue de Vierge Noire. Cette sculpture en bois est une reproduction d'une oeuvre brûlée sous la Révolution mais reprend la teinte originelle, dont l'explication reste en question : bois simplement noirci en vieillissant, statue venue d'Orient avec les Croisés ?
- La chapelle Saint-Michel est incroyablement juchée sur le rocher d'Aiguilhe, un suc vriament pointu (ancienne cheminée volcanique) depuis le X ème ou XII ème siècle !
- La statue Notre-Dame-de-France est perchée sur le rocher Corneille depuis l'année 1860 : avec ses 22 mètres de hauteur totale, elle est en fer (rouillé !), un fer provenant de la fonte de 200 canons russes après une victoire française en Crimée !
- Le sanctuaire Saint-Joseph, à Espaly, tout proche.

Abbaye Sainte-Foy de Conques (Aveyron)
Cette église abbatiale, construite entre le X ème et XII ème siècle, fut remaniée au fil des épisodes dramatiques (incendie, effondrement) mais témoigne encore d'un style "pur roman". Parmi ses chef-d'oeuvres, son Trésor (reliquaire...) et son célèbre tympan sculpté dit du "Jugement dernier", véritable "livre de pierre" mettant en scène 112 personnages et toute une saga biblique. Autre référence : les vitraux d'art contemporain signés du fameux Pierre Soulages, enfant de ce pays du Rouergue.
Le village médiéval est également classé et surplombe joliment les gorges du Dourdou. L'étape est très prisée des jacquets, au sein de l'abbaye des Prémontrés.


Rocamadour (Lot)
La Via Podiensis (GR 65) suit notamment et historiquement la vallée du Célé, en Périgord,  entre Figeac et Cahors : deux superbes villes médiévales. Un joli détour (2 jours) est aujourd'hui suggéré par le Causse de Gramat (GR 6 et GR 46) pour rallier un autre fameux sanctuaire : Rocamadour. Cette cité religieuse dès le XII ème célèbre également une Vierge Noire ! Le site (troglodyte) est particulièrement spectaculaire et escarpé, incrusté et creusé dans une falaise.


Les Chemins et Sites du Patrimoine mondial de l’Unesco
Un ensemble de 70 édifices religieux, répartis sur les divers itinéraires, sont référencés par l'Unesco depuis 1998, comme par exemple la méconnue église de Saint-Avit-Sénieur (en Dordogne), l'église Saint-Hilaire/ Melle (en Poitou-Charente), l'église Saint-Honorat d'Arles, ou la basilique paléochrétienne de Saint-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne), le pont Valentré (à Cahors), et l'abbatiale Saint-Pierre de Moissac. Celle-ci fut remaniée et mélange donc style roman et gothique avec bonheur.

Saint-Jean-Pied-de-Port (Pyrénées-Atlantiques)
La vallée de Baigorri et le bourg de Saint-Jean-Pied-de-Port promettent de beaux décors. La dénomination « pied de port » signifie en réalité « au pied du col » , puisque la cité est donc située en aval du col de Roncevaux.


Les conseils pratiques : bibliographie, cartographie et documentation
- La FFRP, fédération française de randonné pédestre
Elle édite plusieurs topo-guides et publie tous les conseils pratiques pour randonner. Elle conçoit et balise les tracés GR - grande randonnée (R).

- L’IGN (institut géographique national)
Ce service cartographique édite de multiples cartes de randonnée et des séries thématiques, dont une carte IGN de référence 1M 922 (échelle au 1 : 1 000 000) consacrée aux Chemins de Saint-Jacques de Compostelle.

- Météo France
Pour se renseigner préalablement sur les conditions météo.

- Les gîtes de France

Plus d'informations sur la randonnée en France en cliquant ici