Les grands itinéraires de randonnée en France

  • © ATOUT FRANCE/Fabrice Milochau

  • © ATOUT FRANCE/Michel Angot

Les grands itinéraires de randonnée en France 75000 Paris fr

Les fameux GR et autres parcours historiques de pélerins traversent toute l'Europe mais prennent tout leur sens dans l'hexagone, en explorant des paysages d'exception et en évoquant des thématiques à succès : Grande traversée des Alpes, chemins de Compostelle, sentier des Douaniers sur les côtes bretonnes ou sur les traces de l'écrivain-voyageur Stevenson dans les Cévennes...

 

Les repères essentiels de la Fédération de la randonnée

L'idée de baliser un parcours est née dès 1842 en forêt de Fontainebleau ! Mais le concept de sentier GR (grande randonnée) est inventé en 1947 du côté de la Sologne (Orléans) : 20 ans auparavant, des clubs d'excursionnistes et marcheurs font figure de pionniers, avant de se rebaptiser "clubs de randonneur" !

Le Comité National des Sentiers de Grande Randonnée (CNSGR) réunit donc à l'époque le Touring Club de France, le Camping Club de France, le Club Alpin Français, le Club Vosgien, les Excursionnistes Marseillais et les mouvements de Scoutisme ou encore des Auberges de Jeunesse. Une structure de gestion associative sera ensuite consolidée sous le statut de fédération sportive en 1985.

Aujourd'hui, le réseau français compte pas moins de 180.000 km de sentiers balisés GR et PR, se prolongeant sur 20.000 autres kilomètres de sentiers dans 23 pays voisins ! Certains GR sont créés in extenso et d'autres reprennent des tracés historiques, et se conjuguent ainsi avec des traditions ancestrales, comme le pélerinage de Compostelle. La fédération édite elle-même une collection complète de livrets "topos-guides" (courant tout l'hexagone). Elle diffuse aussi sur son site des conseils et un mode d'emploi, qui apporte les repères pratiques nécessaires au marcheur au long cours.

Exemples

  • Angers, jardins de Fontainebleau, sources de la Durance (dans les Hautes-Alpes), pays des Troubadours en Haute-Corrèze (Limousin), etc.
  • La FFRP organise aussi des Rando-challenges (se rapprochant de la course d'orientation) pour ceux qui ont l'esprit de compétition (en famille) ! Elle encourage aussi des excursions "Rando pour tous" où les marcheurs expérimentés font partager leur passion à des personnes handicapées ou défavorisées.

Rappel : la charte du randonneur implique un respect des règles et de l'environnement.

Rester sur les sentiers tracés pour éviter d'éroder et dégrader parfois des terrains fragiles en pente, se limiter dans la cueillette des fleurs, ne pas déranger les animaux sous prétexte de les observer de près, ne pas emmener son chien (qui perturbe forcément la faune locale), remporter ses déchets de pique-nique, etc.


Arpenter la France...

L'origine du périple remonte au X ème siècle, et son succès impliquera même le premier récit descriptif médiéval "façon topo-guide" : le Codex Calixtinus ! Aujourd'hui, le plus convoité des 4 parcours français vers Saint-Jacques de Compostelle reste la Via Podensis, reliant Genève au col de Roncevaux (Pays Basque) en passant par le Puy-en-Velay, Conques, Figeac. Elle se conjugue avec le GR 65. Le double trait "rouge et blanc" s'ajoute ainsi au logo stylisé de la coquille Saint-Jacques.

Ll'écrivain-aventurier écossais Robert-Louis Stevenson traversa à pied (et avec un âne de bât pour compagnon) un bout d'Auvergne et surtout les Cévennes, vers le sud, soit 252 km en 12 jours ! Ce périple au pays des Camisards (des protestants rebelles vers 1700, suite à la révocation de l'Edit de Nantes par Louis XIV), entre le Puy-en-Velay et Alès, franchit notamment les crêtes du mont Lozère (à 1699 m d'altitude). Il est désormais symbolisé par le tracé du GR 70.

  • En bord de mer... Autour de la baie du Mont-Saint-Michel

Le GR 223 longe le littoral de la Manche (Cotentin ouest, coté Normandie) de la baie des Veys (où l'on peut observer parfois une petite colonie de phoques !) à la baie Saint-Michel, par les grèves (plages de galets) et les herbus (prés salés et pâturés par les moutons).

Sans oublier... le littoral breton, par le GR 34 (ex-sentier des Douaniers)

Le GR 5 relie la Belgique à la Méditerranée, par les Vosges et le Jura...puis le coeur des Alpes, en explorant les massifs emblématiques et le monde de l'altitude, entre alpages et moraines glaciaires, à parfois plus de 3.000 mètres ! Cet axe montagnard du GR 5 vient d'être également prolongé par la création d'une traversée de l'arc alpin baptisée Via Alpina : un beau challenge ! Le GR 5 des Alpes françaises relient donc le lac Léman à la Méditerranée, les environs d'Evian à Nice, en explorant les massifs du Mont-Blanc, de la Vanoise, des Ecrins, du Queyras et du Mercantour. Le périple est rarement effectué dans sa continuité (15 à 20 étapes de 20 km environ) mais les randonneurs passionnés arpentent forcément par bribes ces magnifiques sentiers de haute montagne.

Pas de chiffre associé au TMB, dont le sigle suffit à faire sa renommée. Ce circuit en boucle promet une dizaine de jours de randonnée sans pareille, avec vue imprenable sur les différents versants du massif le plus haut d'Europe, en passant par l'Italie et la Suisse. Les sentiers à flanc de versant (dits "en balcon") permet d'admirer et frôler des sommets et des glaciers impressionnants : des contours incontournables !

  • La traversée des Pyrénées, par le GR 10

La chaîne pyrénéenne s'étire sur près de 400 km entre Atlantique et Méditerranée, offrant de multiples ambiances : collines vertes du Pays Basque, cimes farouches du Pic d'Ossau ou du Vignemale, falaises du cirque de Gavarnie, lacs et plateaux de l'Ariège ou du mont Canigou, version catalane. Au pays des (rares) ours et de l'izard (cousin du chamois), toute randonnée promet surtout la rencontre avec des paysages et des personnages hauts en couleurs ! Les sentiers franchissent aussi des "ports", dénomination locale des cols.

  • Traverser l'île de beauté... La Corse, entre mer et montagne, sur le GR 20

Cette itinérance très sauvage grimpe et re-grimpe de Calenzana (en surplomb de Calvi) à Conca (en amont de Porto-Vecchio), en franchissant des cimes à plus de 2.500 mètres d'altitude (massif du Cinto, massif du Renonso, aiguilles de Bavella...). Une diagonale exceptionnelle entre forêt alpestre et maquis méditerranéen mais exigeante physiquement et techniquement. Les quelques vingt (et longues) étapes sont ponctuées de refuges (bivouac interdit) mais l'enjeu vaut bien quelques efforts.

        Et encore plein d'autres idées...

Les montagnes du Jura, au fil de la GTJ &
A la (re)découverte du Massif central, par les GR 4 et GR 30
Ballons et Hautes-Chaumes : les Vosges en majesté
Et aussi, des déclinaisons... Le tourisme équestre : la randonnée, version "à cheval" Les milliers de kilomètres de chemins balisés par un trait orange et des centaines de relais ou centres équestres offrent aux "cavaliers nomades" un terrain de jeu unique en Europe.
Le VTT : la randonnée, version "à vélo" De nombreux parcours empruntent des pistes forestières ou d'alpages assez larges pour faire cohabiter tous les styles de randonneurs, notamment les mordus du deux-roues tout-terrain.

Related videos

 
 

Vidéos affiliées

 
 
 
 

A proximité