L'outre-mer "autrement"

  • Remontée d'un fleuve en Guyane

    Remontée d'un fleuve en Guyane

    © CT Guyane

  • Cirque de Salazie

    Cirque de Salazie

    © IRT E. VIRIN.

  • © ATOUT FRANCE

  • Chutes de la Madeleine en Nouvelle-Calédonie

    Chutes de la Madeleine en Nouvelle-Calédonie

    © NTCPS

  • Canyoning à La Réunion

    Canyoning à La Réunion

    © IRT/E. Virin

  • Randonneurs en Basse Terre

    Randonneurs en Basse Terre

    © Jean-Marc LECERF

L'outre-mer "autrement"

Plongée sous-marine, plaisance à la voile, golf ou simplement farniente sous les cocotiers, toujours au coeur d'un Eden exotique ? Les destinations françaises d'outre-mer proposent aussi bien d'autres découvertes, comme autant de fameuses surprises...

Polynésie : mini-croisière en pirogue dans un lagon paradisiaque

Au-delà des hôtels de luxe, une vision plus proche de la nature à part d'un atoll.

  • L'Excursion Bleue : embarquer sur un Va'a autour de Tahaa

Le Va'a est la pirogue traditionnelle "à balancier" des polynésiens, fameux marins. Ici, il s'agit d'une version "grande taille", pour explorer durant une journée un lagon de rêve "à fleur d'eau". Le départ a lieu, pour 2 ou 12 passagers. Ce périple inédit fait le tour complet de l'île, ponctué de visites à terre (chez un "éleveur" d'huîtres à perles), d'une halte sur un îlot situé en bordure de la passe Est, comprenant un lagonarium (pour observer des tortues, raies et requins !), plongée simple avec tuba vers le Jardin de Corail (situé à l'Ouest). Bref, une mini-croisière magique autour de ce magnifique atoll de Tahaa, appartenant aux Iles de la Société (et du "collier" des îles "Sous le Vent") réparties autour de Tahiti (l'un des 5 archipels de la Polynésie française).

  • Une autre façon de découvrir l'hébergement en Polynésie 

Le tarariki village de Moorea avec son bungalow perché dans les arbres.

Nouvelle-Calédonie, en version "western"

La "Grande Terre", autrement dit l'île principale, présente de multiples paysages dont des grands espaces de type "savane" propices à l'élevage de troupeaux de chevaux et de vaches (plutôt vers la Province du Nord). Des néo-calédoniens de souche européenne ou mélanésienne (les Kanaks) ont donc créé des sortes de ferme-ranch et un "style" cow-boy (leurs chevaux sont d'ailleurs souvent de race américaine dite Quarter Horse), à l'instar des Gauchos argentins ou des Gardians camarguais. D'où le développement d'un tourisme équestre néo-calédonien !

  • Alain et Raymond Lacrose : Bienvenue à la ferme, près de Thio

 Cette exploitation compte 200 têtes de bétail dont les taureaux brahmans, sur un vaste domaine de 622 hectares, entre relief et plaine. Elle comprend des chalets d'hôtes et propose des balades à cheval.

La Guyane, exploration naturaliste de la forêt amazonienne

Cet espace encore préservé du bassin amazonien promet une belle aventure en forêt tropicale, royaume de la biodiversité, et où le seul moyen de déplacement reste la pirogue sur les "criques" (les rivières).

  • Le plateau des Guyanes, à travers la jungle, en compagnie d'un botaniste

Escursia, agence spécialiste des voyages naturalistes, propose une découverte de la faune et de la flore des reliefs guyanais, en passant par le village de Cacao, aujourd'hui animée par l'ethnie asiatique Hmong, qui a émigré ici il y a 30 ans. Autre joyau de nature : les marais de Kaw, avec possibilité aussi de voguer en pirogue sur les rivières du coin ou sur le fleuve Maroni.

La Réunion : un "grand show" dans les airs, avec le survol en hélicoptère

"Une île, un monde", dit le message de l'Ile de la Réunion Tourisme. Il est vrai que si cette île volcanique de l'océan indien est modeste par sa taille (seulement 50 km de côtés), elle présente cependant des décors sur-dimensionnés, d'une envergure exceptionnelle.

  • Hélilagon 

Un survol de 45 minutes (autour de 260 € /personne) permet donc d'admirer du ciel les principaux sites : les 3 cirques de Mafate, Salazie et Cilaos, le cratère (actif) du Piton de la Fournaise et encore le Trou de Fer ! Ce "gouffre géant" est en fait une dépression géologique de 300 mètres de profondeur et autant de large, au coeur d'une forêt humide exubérante, quasi inacessible. L'hélicoptère tournoie en plein milieu de cette extravagance de la nature : impressionnant !
Ce morceau de bravoure demande un certain budget mais reste magique : il faut surtout anticiper une météo toujours capricieuse dans les montagnes de La Réunion, et donc prévoir un rendez-vous flexible durant son séjour, le plus tôt possible pour pouvoir le reporter en fonction des caprices du ciel. Le vol a lieu tôt le matin, pour les mêmes raisons de météo instable : attention, ça secoue !

La Martinique, royaume du canyoning

Cette perle des Antilles ne se contente pas de plages superbes et du tourisme balnéaire : les montagnes insulaires invitent aussi à l'action !

  • La descente des rivières et cascades

Les randonneurs avisés profitent des sommets (qu'on appelle ici des Mornes ou des Pitons) autour de 1100 à 1397 mètres d'altitude. Et les adeptes du canyoning se régalent à descendre les rivières sur les pentes des Pitons du Carbet ou de la Montagne Pelée. A coups de cascades (le saut du gendarme, la rivière Mitan, etc.) franchies en rappels, sauts ou toboggans rocheux, ils apprécient des dizaines de parcours de tous niveaux, surtout dans une eau tiède, plus agréable que celle des torrents alpins ! Plusieurs prestataires sont opérationnels sur place, car cette pratique sportive exige bien sûr un encadrement qualifié.

La Guadeloupe, paradis de l'écotourisme

Cette autre référence des Antilles propose plusieurs univers, entre la platitude de Grande-Terre et les reliefs volcaniques de Basse-Terre (autour de la Soufrière, à 1467 mètres d'altitude), ces îles "cousines" (Les Saintes, Marie-Galante, la Désirade) ; et ses ambiances "mer" ou "montagne", ou encore son patrimoine créole...

  • Observation des grands cétacés, en pleine mer
    Heures saines
    Evasion Tropicale 

Un prestataire d'activités loisirs (les Heures Saines) et une association consacrée à la préservation des tortues et cétacés dans les Antilles (Evasion tropicale) proposent des "journées excursions en mer, à la rencontre des cachalots, dauphins ou baleines" qui sont de passage au large de Bouillante (côte ouest de Basse-Terre, dite "sous le vent"). Ce site autour de l'îlet Pigeon est aussi classée "réserve naturelle" Cousteau.

On embarque sur un catamaran à moteur ou un beau voilier, pour observer (avec de la chance) le ballet des grands cétacés... sur leur route de migration. Le "whale watching" est surtout possible entre novembre et mai, lorsque les baleines à bosses (3 % de chance de les voir) voyagent à travers la mer des Caraïbes (entre leur zone de nutrition et leur zone de reproduction). Il est beaucoup plus facile de voir les grands cachalots (déjà impressionnants), avec un taux de réussite de 50 %.

  • Eco-musée de l'Habitation (patrimoine créole), au domaine de la Grivelière

L'association "Verte Vallée" propose (avec guide-conférencier) un voyage dans la mémoire des grandes plantations coloniales, qui prospéraient avec la canne à sucre ou le café. Le lieu célèbre aussi l’art du jardin créole et les plantes médicinales. Il est situé au creux du vallon de Grand’Rivière, près de la commune de Vieux-Habitants, au cœur du Parc national de la Guadeloupe. Le Domaine de la Grivelière est classé "monument historique", et aujourd’hui propriété de la Région Guadeloupe. L'association gérante propose aussi les saveurs du terroir sur sa table d’hôte.

 

Auteur : Philippe Bardiau