Un Noël à la Réunion

  • © Atout France/Aquashot

Un Noël à la Réunion fr

A la Réunion la fête de Noël a un cachet surprenant : les flamboyants se couvrent de centaines de petites fleurs rouges, les fruits tropicaux colorent les marchés, c’est la saison (novembre à janvier) des mangues (chair très parfumée) et des letchis (fruit rouge à maturité qui ont une peau garnie d’aspérités râpeuses et d’une chair blanche d’aspect nacré), l’été australe est présent (les températures élevées : jusqu’à 30°C en bord de mer).

Noël est l’occasion de joyeuses fêtes familiales. Les Réunionnais portent leur attention sur les préparatifs d’une fête de cadeaux, offerts principalement aux enfants, un sapin de Noël :soit une branche de filaos, soit un cryptomeria. On trouve de belles branches coupées par des agriculteurs à partir de 4 ou 5 euros, vendues sur le bord des routes. Selon la coutume, on expose une crèche à la maison et l’on rend visite à celle qui se trouve à l’église.

Le 24 décembre au soir, le réveillon traditionnel réunit la famille aussitôt après la messe de minuit. La messe de minuit est célébrée dans la plupart des églises de l’île le 24 décembre. Repas de fête s'en suit, letchis, mangues, bûche de Noël. Certaines familles créoles optent pour les traditions du Noël réunionnais « lontan » avec au menu : riz, cari et rougail suivis de letchis (on peut également déguster le letchi et la mangue en punch, gâteau, sirop, sorbet, yaourt…)

FETE DU 20 DECEMBRE 1848

L’île de la réunion devient dès 1700 une colonie de plantation : café puis plus tard canne à sucre sont introduits et cultivés. Ces grandes exploitations nécessitèrent une importation massive d’esclaves. Le 20 décembre 1848 l’abolition de l’esclavage a enfin lieu. Cette fête de l’Abolition de l’esclavage est aujourd’hui célébrée dans toute l’île. Les scènes du 20 décembre ne ressemblent à aucune autre au cours de l’année. Lorsque le maloya, cette musique longtemps interdite (jusque dans les années 70-80 !) retrouve les feux de la rampe, elle émeut et dynamise les foules. Le 20 décembre, tout est différent : on sort, on bouge, les rues s’animent. L’air palpite au rythme du séga et du maloya. Généralisée il y a un peu plus de 10 ans, la fête du 20 décembre est devenue une institution dans toute la Réunion. Si les Cafres, Malgaches, Comoriens, et même Indiens, sont les premiers à animer cette fête contre l’esclavage et l’engagisme, les yabs, ces petits blancs des hauts, les zoreils, ces métropolitains importés, sont de la fête aussi. Le 20 décembre, on fête la liberté tout en couleurs  pour illustrer le brassage des ethnies de l’île (défilés costumés, concert, démonstration de moringue, danses, théâtre)

Plus d'informations

A proximité