Noël et traditions culinaires en Provence

  • © Atout France/ Phovoir

  • © Atout France/Phovoir

  • © Atout France/Phovoir

  • © Atout France/Phovoir

Noël et traditions culinaires en Provence nice fr

En France, les plats traditionnels de Noël varient selon les régions. En Provence, Noël est l’occasion d’un repas fort en symbole et unique en son genre.

Tout commence avec le chacho-fio (littéralement « mettre le feu ») quand le plus âgé et le plus jeune de la maison mettent une bûche d’un arbre fruitier dans le feu.

Après avoir fait trois fois le tour de la table (symbole trinitaire), ils déposent la bûche de bois, préalablement arrosée de vin cuit, sur les braises et prononcent au moment de la flambée des paroles sacramentelles. La bûche se consumera jusqu’à minuit puis sera rallumée ainsi tous les soirs jusqu’à l’an nouveau.

Après ce rituel, il est temps de passer au gros souper, repas maigre (sans viande) mais tout à fait copieux. Il s’agit de 7 plats représentant les 7 plaies du Christ constitués exclusivement de produits du terroir, variables que l’on soit près de la côte ou dans l'arrière-pays.

Cela commence par l'aigo boulido (eau bouillie à l'ail en provençal), le repas se poursuit avec des plats de poissons comme la morue à la raïto (sauce provençale aux tomates) et des épinards aux escargots.

Ce qui importe, c’est surtout la mise en scène autour : une table dressée sur 3 nappes où sont déposées 3 bougies (symbole trinitaire toujours). Treize pains viendront accompagner les plats et faire ainsi mémoire de la Sainte Cène. Enfin, un couvert est laissé libre à l’homme de passage qui viendrait frapper à la porte, c’est le couvert du pauvre.

Enfin, les 13 desserts font leur apparition. C’est certainement la coutume la plus respectée aujourd’hui. Si le chiffre reste toujours le même, les desserts peuvent varier. Il y a tout de même quelques incontournables :

  • Le gibacié : c'est une galette de farine cuite avec de l'huile d'olive et de la fleur d'oranger. Autres noms utilisés : fougasse ou pompe à huile.
  • Les nougats blancs et noirs : fabriqués à partir de miel, d'amandes et de sucre. Pour obtenir un nougat blanc et crémeux, on ajoute à la préparation de base des blancs d'œufs ; le nougat noir quant à lui reste croquant et de couleur brune.
  • Les quatre mendiants : symbolisent les 4 grands ordres mendiants chrétiens (dont les adeptes s'occupent de prédire l'évangile et aider les pauvres). Les desserts seront : les amandes pour les Dominicains, les raisins secs pour les Augustins, les figues pour les Franciscains et les noisettes pour les Carmes.
  • Les fruits et les friandises : s'ajoutent - selon les envies - les pommes, poires, raisins, oranges, melons d'hiver, mandarines, prunes, dattes, confiture ou pâte de coing, calissons, fruits confits et pruneaux.

A cela viennent aussi se greffer les spécialités de chaque village : panade (tarte aux pommes), oreillettes, gâteaux secs aux pignons de pin…

Une tradition très gourmande...

 

 

A proximité