Passeport vert : la biodiversité en outre-mer

  • Martinique, végétation locale

    Martinique, végétation locale

    © Atout France/Droits réservés

  • L’archipel des Saintes, située au sud de la Guadeloupe

    L’archipel des Saintes, située au sud de la Guadeloupe

    © Atout France/Richard Soberka

  • Panorama sur un paysage montagneux de l’Ile de la Réunion.

    Panorama sur un paysage montagneux de l’Ile de la Réunion.

    © Atout France/Damien Poullenot

Passeport vert : la biodiversité en outre-mer 97300 Cayenne gf

Grâce à sa présence outre-mer, la France possède un patrimoine biologique exceptionnel et extrêmement varié, qui en fait l’un des pays les plus riches en diversité biologique.

L’outre-mer représente :

  • 97 % de l’espace maritime français, ce qui en fait le 2e du monde
  • 80 % de la biodiversité marine française 
  • 13 000 espèces endémiques

Les écosystèmes de l’outre-mer font partie des "points chauds" de la biodiversité, c’est-à-dire les zones les plus riches en biodiversité mais aussi les plus menacées de la planète. Ils sont indispensables pour le patrimoine, la culture, l’économie, l’identité de ces territoires.

L’incroyable richesse en espèces et habitats naturels des territoires ultra-marins confère à la France une grande responsabilité dans la préservation de la biodiversité. Ces territoires occupent 0,08 % de la surface terrestre et pourtant ils abritent plus d’espèces endémiques que toute l’Europe continentale.

En outre-mer, on trouve de nombreuses espèces endémiques : 26 fois plus de plantes, 100 fois plus de poissons d’eau douce et 60 fois plus d’oiseaux endémiques qu’en métropole. Mais il y a aussi 60 fois plus d’extinctions d’espèces qu’en métropole.

Avec le passeport vert « La biodiversité en outre-mer », la France a souhaité décliner, pour la biodiversité de ses outre-mer, la démarche du « passeport vert » lancée par le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE). 
Ce passeport vert publié par les ministères de l’Outre-mer, de l’Écologie et du Tourisme a pour objectif de sensibiliser les touristes à la préservation de la biodiversité en outre-mer et valoriser cette biodiversité comme atout du développement touristique des territoires ultramarins.

Ce passeport comprend une partie générale sur les enjeux et les richesses de la biodiversité ultramarine et une partie présentant la biodiversité spécifique et les sites naturels à découvrir dans chacun des territoires. Il met donc en valeur l'ensemble des douze départements et collectivités d'outre-mer. Il offre une vision globale de la diversité et de la richesse des atouts naturels des outre-mer français. En outre, il a été labellisé « Année 2011 des outre-mer ».

300 000 passeports sont diffusés depuis novembre 2011, dans les douze territoires d'outre-mer, dont 200 000 en français et 100 000 en anglais afin de sensibiliser également les touristes étrangers. Les Comités régionaux du tourisme sont les vecteurs essentiels de la diffusion, puisqu'ils remettent le document à l'arrivée des voyageurs dans les aéroports. Par ailleurs, des stocks sont également disponibles sur les principaux sites touristiques.