Tour de France : Wanty-Groupe Gobert, invité surprise

Tour de France : Wanty-Groupe Gobert, invité surprise

Le 104e Tour de France s’est élancé de Düsseldorf samedi dernier. Trois équipes belges sont en course, dont Wanty-Groupe Gobert qui participe à la Grande Boucle pour la première fois. Nous avons interrogé l’attaché de presse de l’équipe, Maxime Segers, juste avant le départ.

Wanty Groupe Gobert Tour de France 2017

Quel est le sentiment prédominant au sein de l’équipe à un jour du grand départ ?

Il règne une petite impatience. Pour les 9 coureurs, la majorité du staff et le manager général de l’équipe (Jean-François Bourlart), ce Tour est une première. On a hâte que ça commence. Jeudi, il y avait la présentation des coureurs à Düsseldorf mais c’est vraiment à partir de ce week-end qu’on va se rendre compte de ce qu’est le Tour de France.

Wanty Groupe Gobert Tour de France 2017

Pas même une pointe de stress vu l’inexpérience de l’équipe ?

Ça varie d’un coureur à l’autre, en fonction de son âge, de son expérience… Mais généralement, non, c’est plutôt de l’excitation. Car participer au Tour de France, c’est vraiment excitant, quelle équipe cycliste n’en rêve pas ? Il n’y a aucune raison de stresser, nos coureurs sont prêts. Puis, notre directeur (Hilaire Van der Schueren), lui, en est à son 20e Tour de France. Il a donc l’expérience nécessaire pour gérer la situation.

Quelle est votre ambition lors de ce Tour 2017 ?

Wanty-Groupe Gobert est l’une des quatre équipes invitées de ce Tour 2017, ce qui est une petite surprise pour nous. Une belle surprise surtout ! Mais notre présence n’est pas anodine non plus puisqu’on a terminé, l’année passée, à la première place de la division 2 mondiale de cyclisme. Cela dit, sachant qu’on n’a jamais fait de grand Tour, on s’attendait plutôt à être invité au Tour d’Espagne pour commencer. On n’est donc pas là pour le maillot jaune ou la victoire d’étape, même si on espère toujours signer un joli coup. On n’a pas d’obligation de gagner comme d’autres équipes. Notre ambition est plutôt de prendre des échappées et de se mettre en évidence pour montrer aux organisateurs qu’ils n’ont pas eu tort de nous inviter.

Wanty groupe gobert

Parlons un peu du parcours. Y a-t-il une étape que vous attendez plus qu’une autre ?

La 2e étape Düsseldorf – Liège est spéciale pour nous car on est une équipe wallonne, du Hainaut. On a la chance de passer chez nous pour notre premier Tour. On se réjouit d’autant plus qu’à 20 km de l’arrivée, à hauteur de la côte d’Olne, on a un grand village VIP avec 2000 invités et un drapeau géant aux couleurs de l’équipe. Après, au niveau sportif, on attend quand même les étapes de transition, en 2e et 3e semaines, lors desquelles on espère s’illustrer.

Plus globalement, le Tour de France, ça évoque quoi pour vous ?

Certaines images de coureurs comme celle de Tom Boonen en maillot vert à Paris en 2007. Ou, bien sûr, en tant que Belge, les exploits d’Eddy Merckx ou encore la caravane du Tour… C’est tout simplement la fête du vélo pendant trois semaines !

Et la France cycliste, vous la connaissez ? Vous y roulez souvent ?

Quatre de nos coureurs sont français. Deux d’entre eux, Guillaume Martin et Yoann Offredo (NDLA : passé tout près de la victoire dimanche et vainqueur du prix de la combativité), sont d’ailleurs au Tour. Et notre calendrier compte 220 jours de course sur l’année, dont 60 ou 70 en France. Même si on n’organise pas de stage collectif en France, pas mal de nos coureurs s’y rendent souvent pour s’entraîner. Que ce soit dans les Alpes ou les Pyrénées.

Wanty Groupe Gobert Tour de France 2017

Vous sentez une différence d’engouement pour le vélo entre la France et la Belgique ?

Entre la France et la Flandre, oui. En Flandre, quelle que soit la course, même s’il s’agit d’une petite course, d’une kermesse, c’est toujours la folie. Encore plus sur les grandes classiques comme le Tour des Flandres. En France, sur des courses de moindre envergure, on a parfois l’impression que le vélo est moins populaire que chez nous. Mais la France reste un pays de tradition au niveau du vélo. Et un pays important pour nos sponsors.